La pierre de Tyndall vous est peut-être inconnue. Pourtant, ce calcaire gris orne plus de 4000 bâtiments d'un bout à l'autre du pays.

Le reportage de Samuel Rancourt

Parmi les édifices construits avec cette pierre manitobaine, notons le Musée de la civilisation, à Québec, l'édifice du Centre du parlement, à Ottawa, le Musée canadien de l'histoire, à Gatineau, le Palais législatif du Manitoba, l'ancien Musée royal de l'Alberta et l'hôtel Empress, à Victoria.

Un calcaire vieux comme Hérode

Cette pierre de construction ornementale provient de la municipalité rurale de Garson, située à environ 40 km au nord-est de Winnipeg.

La pierre de Tyndall tire ses origines de la période ordovicienne de l'ère paléozoïque. Il y a 450 millions d'années, le sud du Manitoba faisait partie d'une mer intérieure chaude et peu profonde, le lac Agassiz.

Des organismes marins préhistoriques - réceptaculites, céphalopodes, trilobites, brachiopodes, gastéropodes, algues, éponges et coraux - peuplaient cette étendue d'eau. Leurs restes se déposaient dans la boue, la rendant plus calcique. En durcissant, cette dernière s'est transformée en calcaire, préservant ainsi les traces de vie de l'époque.

Quant aux marbrures qui confèrent à la pierre de Tyndall son apparence unique, elles sont les vestiges des galeries creusées dans la boue par les organismes qui y cherchaient nourriture et refuge.

Une histoire de famille

En 1894, un fermier à Garson se bute à la pierre de Tyndall alors qu'il creuse un puits. Quatre ans plus tard, la première grande carrière de la région est mise en exploitation par William Garson.

August Gillis, originaire de la Belgique, emboîtera le pas.

Attiré par la promesse d'un emploi de tailleur de pierre, il immigre au Manitoba en 1904. Six ans plus tard, M. Gillis achète une carrière à Garson et fonde son entreprise. Gillis Quarries a su résister aux années et aujourd'hui, elle est l'unique compagnie qui extrait la pierre de Tyndall.

L'arrière-petite-fille d'August, Donna Gillis, est chef d'exploitation de la carrière. « En toute honnêteté, je ne me souviens pas d'un moment où mon père est venu à la maison sans qu'il y ait de la poussière de pierre dans le véhicule », confie-t-elle.

Comment ce calcaire est-il extrait?

La pierre de Tyndall se trouve à 3,5 mètres sous la surface. D'abord, des pelles mécaniques sont utilisées pour enlever sable et argile. Une fois la pierre atteinte, elle est taillée à l'aide de lames de scie diamantées. L'eau coule à flots pour empêcher que les lames surchauffent.

« Couper dans la pierre est comme ouvrir un paquet mystère. Nous ne savons pas s'il y aura un fossile dans la dalle ni quel fossile nous trouverons », constate la chef d'exploitation de Gillis Quarries, Donna Gillis.

Étant donné que la carrière n'est en exploitation que l'été, une fois sorti de la terre, le calcaire est entreposé. Les employés s'affaireront ensuite aux activités de découpage et de polissage dans les ateliers de Gillis Quarries, qui sont ouverts à longueur d'année.

La pierre de Tyndall fait sa marque à travers le Canada

Winnipeg : la reine du Tyndall

En arpentant le centre-ville de la capitale manitobaine, force est de constater que la pierre de Tyndall s'y trouve mur-à-mur. Selon la Fondation de l'architecture de Winnipeg, ce calcaire indigène orne plus de 1800 édifices.

L'opinion de Mme Auld est partagée par l'architecte de renom Étienne Gaboury, dont l'oeuvre a profondément transformé le paysage des prairies canadiennes. M. Gaboury a entre autres utilisé la pierre de Tyndall dans la construction de l'Université de Saint-Boniface, du Centre de détention provisoire de Winnipeg et dans la reconstruction de la cathédrale de Saint-Boniface.

Préoccupé par l'environnement naturel et l'héritage culturel d'une région, le Franco-Manitobain préconise l'utilisation des matériaux du terroir, dont la pierre de Tyndall, dans ses créations. D'après Étienne Gaboury, ce calcaire est inégalable.


« C'est une pierre qui a une âme, qui a une qualité de vie particulière, s'emballe-t-il. La vie a été intégrée à l'intérieur de la pierre. Elle a cette dimension-là extraordinaire, sublime, tout en étant une pierre. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards