Retour

La pilule abortive devrait être distribuée par des pharmaciens, selon des spécialistes

Le gouvernement fédéral devrait permettre aux pharmaciens de prescrire la pilule abortive pour garantir l'accès sécuritaire et égalitaire à l'avortement pour les femmes partout au Canada, soutiennent deux spécialistes de la santé dans une revue scientifique publiée lundi.

L'an dernier, après un lent processus d'approbation, Santé Canada a accordé aux médecins le droit de prescrire et d'administrer dès le 1er juillet 2016 la pilule abortive, plus communément connue sous le nom de RU-486.

Sa mise en marché se fait néanmoins toujours attendre. D'après les informations obtenues par CBC en juillet, les médecins n'ont toujours pas reçu ce médicament, commercialisé sous le nom de Mifegymiso.

Dans la revue Canadian Medical Association Journal, la Dre Wendy Norman, une médecin de famille, et Judith Soon, professeure adjointe à la faculté des sciences pharmaceutiques de l'Université de la Colombie-Britannique, expliquent que les pharmaciens devraient distribuer la pilule plutôt que les médecins.

« La distribution de la pilule abortive par les médecins limite la disponibilité du Mifegymiso, présente un conflit d'intérêts professionnels et, dans de nombreux cas, limite l'accès à l'avortement aux femmes et aux communautés qui en ont le plus besoin », peut-on lire dans l'article.

Au Canada, 96 % des avortements sont pratiqués chirurgicalement, la plupart du temps dans des cliniques des grandes villes. L'avortement médicamenteux, plus accessible pour les femmes vivant en régions rurales, aurait donc le potentiel de réduire les inégalités.

Selon les auteures de l'article, le système imposé par Santé Canada pourrait néanmoins accentuer les inégalités puisqu'il exige des médecins qu'ils obtiennent une formation spéciale, de même qu'une autorisation pour commander, stocker et vendre le Mifegymiso.

Ce processus est trop compliqué pour les médecins de famille des communautés rurales et reculées, qui n'ont pas forcément d'expérience en approvisionnement et en distribution pharmaceutique, estiment les auteures.

Le Mifegymiso combine deux comprimés. Le premier, le Mifepristone, est un stéroïde synthétique qui inhibe l'action de la progestérone et induit une fausse couche. Le deuxième provoque la contraction de l'utérus, ce qui permet l'expulsion de son contenu.

La pilule abortive est commercialisée dans une soixantaine de pays, notamment en France, depuis 1998, et aux États-Unis, depuis 2000.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque