Retour

La police de Toronto enquête sur un cas présumé de maltraitance animale dans le métro

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) et la police de Toronto enquêtent après avoir vu une vidéo qui montre une femme mordant et frappant un chien dans une rame du métro de Toronto.

La vidéo qui dure trois minutes a été prise sur la ligne 2 vendredi après-midi entre les stations Bloor-Yonge et St-George. Elle montre le chien qui tente de fuir la femme et un passager qui interpelle cette dernière.

On y voit aussi un employé de la Commission de transport de Toronto (CTT) qui entre dans la rame après que l’alarme eut été déclenchée.

Le porte-parole de la CTT, Mike Dotoma, a confirmé qu’un passager avait déclenché l’alarme à 16 h 20 vendredi à la station St-George, où une femme a été escortée à l’extérieur de la rame par des agents en uniforme.

Après avoir parlé avec des témoins, des policiers l’ont ensuite laissé partir avec un avertissement.

« Les policiers ont examiné le chien et sur la base des résultats à ce moment-là, la femme a reçu un avertissement et a poursuivi son chemin », indique la porte-parole de la police de Toronto, Allyson Douglas-Cook.

Après la découverte de la vidéo, la police a signalé l’incident à la SPCA de l’Ontario et Allyson Douglas-Cook affirme que des accusations pourraient être portées en fonction des résultats de l’enquête de l'organisme.

Roxy Huong est la passagère qui a filmé la vidéo et l’a publiée sur YouTube.

Elle raconte avoir vu la femme qui semblait maltraiter le chien lorsqu’elle a pris le métro à la station Bloor-Yonge et a décidé de la filmer.

« J’ai deux huskies et je ne peux pas comprendre pourquoi [quelqu’un] ferait ça en public, a-t-elle dit. Les gens l'ont remarqué et j’ai vu quelqu’un s’éloigner d’elle. »

Roxy Huong dit qu’elle voulait intervenir davantage, mais qu’elle avait peur pour sa propre sécurité.

Allyson Douglas-Cook affirme que de filmer ce genre d’incident peut aider la police dans son enquête, mais elle recommande de ne pas intervenir et d’appeler les autorités. « C’est toujours mieux de nous avertir, même s'il s'agit de seulement filmer et de nous envoyer la vidéo pour que nous puissions enquêter », ajoute-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires