Retour

La police de Toronto veut prévenir une vague de surdoses au fentanyl

La police de Toronto met la population en garde contre la consommation illégale de fentanyl, un puissant antidouleur vendu en pharmacie qui peut être mortel lorsque pris en grande quantité.

Un texte de Mylène Crête

Ce médicament est généralement consommé par des gens souffrant de douleurs chroniques, qui peuvent se le procurer avec une ordonnance. Vendu sous forme de timbres, le fentanyl est transformé dans des laboratoires clandestins pour être revendu dans la rue sous forme concentrée.

« Le fentanyl est de 50 à 100 fois plus puissant que la morphine, et 40 fois plus puissant que l'héroïne », explique l'inspecteur de la brigade des stupéfiants Howie Paige. La dose contenue dans un seul timbre peut être mortelle si elle est ingérée d'un coup.

La police de Toronto veut éviter une vague de surdoses, comme celle que connaît la région de Vancouver. Un adolescent de 17 ans est mort récemment après avoir ingéré ce qu'il croyait être un comprimé d'OxyContin, qui aurait été coupé au fentanyl. À Toronto, la police dit avoir saisi ce type de comprimés.

« Les consommateurs de drogues n'ont aucun moyen de savoir si le comprimé qu'ils ingèrent contient vraiment ce qu'on leur a dit qu'il contenait. Le vendeur lui-même, souvent, ne le sait pas avec certitude », souligne Howie Paige.

Le nombre de morts causées par des surdoses de fentanyl n'a pas encore été recensé à Toronto. La police souligne toutefois que ce sont les consommateurs d'héroïne qui sont davantage touchés. Les deux drogues font partie de la famille des opiacés et procurent donc un effet similaire.

Comment le fentanyl se retrouve-t-il dans la rue ?

Il arrive que des patients qui se procurent des timbres de fentanyl à la pharmacie au moyen d'une ordonnance les revendent, mais généralement, ces timbres sont volés lors d'entrées par effraction.

La police donne l'exemple d'un vol récent dans une voiture stationnée dans le secteur de North York où traînait une boîte de 20 timbres. Ces timbres sont conçus pour libérer le médicament en petites doses échelonnées sur plusieurs jours.

Le fentanyl est ensuite extrait du timbre dans des laboratoires clandestins et mélangé à d'autres drogues. Il se vend dans la rue sous forme de gel, de liquide et de comprimés.

Retour des timbres non utilisés

Un programme a été créé en Ontario pour tenter de limiter l'usage inapproprié des timbres de fentanyl. Les patients peuvent, sur une base volontaire, retourner leurs timbres non utilisés avant d'obtenir une nouvelle ordonnance.

Un projet de loi privé pour rendre ce programme obligatoire est présentement à l'étude à Queen's Park. « Nous voulons que cette législation soit adoptée », dit Howie Paige. Il considère que cette initiative peut contribuer à limiter l'offre de cette drogue sur le marché noir. Un seul comprimé de fentanyl peut se vendre de 10 $ à 80 $, selon sa concentration.

Plus d'articles

Commentaires