Retour

La pollution coûte annuellement 4300 $ par famille, selon une étude

Une étude chiffre les coûts directs des effets de la pollution sur la santé et le bien-être à 39 milliards de dollars par an au pays. Mais les données sur le sujet sont tellement clairsemées que la facture réelle pourrait bien être beaucoup plus élevée.

Un texte de Fannie Olivier

L’Institut international du développement durable (IISD) publie jeudi un rapport qui se veut le portrait le plus exhaustif des coûts associés à la pollution jamais réalisé au Canada. Il s’est toutefois vite buté à une difficulté de taille : les lacunes dans les données de recherche sur le sujet.

Même si elle ne prend pas en compte l’ensemble des coûts possibles, la facture liée à la pollution au pays s’avère salée.

« Avec les données disponibles, le coût s’élève à près de 40 milliards de dollars par année, mais on estime facilement que les coûts peuvent s’élever au double… ou à plus que ça », explique en entrevue Robert Smith, auteur du rapport.

L’Institut a recensé les études canadiennes et internationales faites sur le sujet. Ce sont les données scientifiques sur les coûts du smog qui sont les plus complètes : les répercussions sur le bien-être et la santé associées au smog urbain se chiffraient à 36 milliards de dollars en 2015.

Cette somme ne comprend pas les pertes liées aux pesticides et autres « polluants organiques persistants », qui peuvent être des perturbateurs endocriniens, et dont les coûts sont pour l’instant inconnus de la communauté scientifique.

À cela s’ajoutent les coûts liés aux pathogènes que l’on retrouve dans l’eau du robinet, qui pourraient s'élever à 1 milliard de dollars. En 2015, 10 % des foyers ont rapporté avoir reçu au moins un avis leur demandant de faire bouillir leur eau avant de la consommer.

La pollution est associée à d’autres types de dépenses, comme celle de la décontamination des sols : une facture de 300 millions de dollars en 2015, uniquement pour les sites fédéraux.

On compte également des pertes avoisinant 150 millions de dollars par an liées à la pollution des lacs par le phosphore, qui favorise la prolifération des algues et qui touche notamment le tourisme et la pêche.

En ce qui concerne les changements climatiques, seuls les coûts liés aux vagues de chaleur ont été comptabilisés, soit 1,6 milliard de dollars. Mais comme les événements météorologiques extrêmes tels que les inondations, les sécheresses et les feux de forêt sont appelés à se multiplier avec le réchauffement de la planète, les dépenses dans ce domaine pourraient exploser.

« Les scientifiques ne sont pas en mesure de dire en ce moment quelle est la proportion des tempêtes sévères, par exemple, qui sont attribuables aux changements climatiques. Et pour cette raison, on n’est pas en mesure de dire quels sont les coûts de ces événements », signale M. Smith.

L’ISSD souhaiterait des données plus précises et davantage d’actions des gouvernements pour lutter contre la pollution. « Nous ne pouvons pas laisser les piètres données nous empêcher d'intervenir dans la gestion de la pollution », a signalé M. Smith.

Plus d'articles

Commentaires