Retour

La pollution dans le métro de Toronto est trois fois pire qu’à Montréal

L'air dans les rames et sur les quais du métro à Toronto est dix fois plus vicié qu'à l'extérieur et trois fois plus pollué que dans les stations du métro de Montréal, indique une étude des universités McGill et de Toronto.

À l’initiative de Santé Canada, les chercheurs ont mesuré le niveau de pollution pendant trois semaines, durant l’été 2010 et l’hiver 2011.

Ils ont trouvé des quantités de particules fines comparables à celles que l'on détecte lors d'une « journée typique à Pékin », raconte le professeur de génie Greg Evans, de l'Université de Toronto, en référence à la capitale chinoise qui est réputée pour son air particulièrement vicié.

Voir l'infographie sur votre téléphone intelligent

Selon le professeur Evans, la pollution est liée à la présence de résidus de métaux dans l'air, entraînant le risque de problèmes pulmonaires.

Le fait que les rames de métro roulent sur des pneus à Montréal réduirait ainsi les émissions, selon le professeur Evans.

À Toronto, les concentrations de polluants étaient 50 % plus faibles dans les stations extérieures comme Davisville et Rosedale.

Nouveaux wagons

De son côté, la Commission des transports de Toronto dit avoir fait des efforts depuis 2010-2011 pour réduire les émissions dans le métro. Par exemple, les nouvelles rames qui circulent le long des lignes 1 et 4 sont munies de meilleurs systèmes de ventilation.

« Nous allons continuer à collaborer avec Santé Canada pour mesurer l'impact des initiatives que l'on prend pour améliorer la qualité de l'air, indique la CTT. Cette tâche commencera cet été. »

La CTT projette également de réaliser une étude plus détaillée sur la qualité de l'air dans le réseau.

Pour leur part, les chercheurs ne croient pas que les Torontois devraient cesser de prendre le métro pour autant. Le professeur Evans souligne que la majorité des usagers y passent tout au plus une heure par jour.

Le syndicat inquiet

De son côté, le syndicat qui représente la majorité des employés de la CTT dénonce l’impact potentiel de cet air pollué sur la santé des travailleurs.

Le secrétaire-trésorier du Local 113 des Amalgamated Transit Union, Kevin Morton, souligne que certains travailleurs peuvent être exposés à ces particules pendant 30 ou 40 ans, ce qui risque d’avoir des conséquences à long terme.

Plus d'articles

Commentaires