Retour

La première carte postale détaillée de Pluton révèle des reliefs inattendus

De nouvelles images en haute résolution de la planète naine, tout juste reçues en provenance de la sonde New Horizons, révèlent des reliefs beaucoup plus complexes et diversifiés que ce à quoi s'attendaient les scientifiques de la NASA.

Avec ses dunes mystérieuses, ses coulées de glace d'azote et ses réseaux de vallées possiblement creusées par des matériaux coulant à sa surface, Pluton impressionne par l'extravagance de ses paysages.

Ces nouveaux clichés ont permis de doubler la surface visible de Pluton, avec une précision inégalée. On peut ainsi admirer la plus forte densité de cratères jamais observée sur la planète naine, contrastant avec les plaines gelées voisines, plus jeunes géologiquement et donc pratiquement lisses.

Mosaïque d'images à haute résolution de Pluton, renvoyées par la sonde New Horizons le 5 septembre 2015. L'image est dominée par la plaine glacée nommée Spoutnik Planum, la région brillante lisse au centre. Photo : NASA / Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory / Southwest Research Institute

L'hypothèse d'un océan liquide de plus en plus crédible

Jusqu'à maintenant, les observations faites sur Pluton portent à croire que son noyau dense serait entouré d'une épaisse couche de glace. Selon Bill McKinnon, l'un des responsables scientifiques de la mission, ceci accroît la probabilité qu'un océan liquide se trouve sous cette glace.

Le relief chaotique de vastes zones montagneuses rappelle également la surface d'Europe, une des lunes glacées de Jupiter. Ces proéminences désordonnées pourraient s'avérer être formées d'immenses blocs d'eau glacée, flottant dans une vaste étendue d'azote gelé, au sein d'une plaine nommée « Sputnik Planum ».

Sur cette image qui s'étend sur 470 kilomètres à la surface de Pluton, une grande région pêle-mêle, un terrain accidenté sur le bord nord-ouest de la vaste plaine glacée Sputnik Planum. Photo : NASA / Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory / Southwest Research Institute

Des formations ayant l'apparence de dunes intriguent particulièrement les scientifiques : l'atmosphère de Pluton étant trop ténue pour générer du vent, leur formation serait un mystère complet.

« Soit Pluton avait une atmosphère plus dense dans le passé, soit d'autres processus que nous ne connaissons pas sont à l'oeuvre, c'est un casse-tête », souligne Bill McKinnon.

Cette vue de Pluton illustre l'incroyable diversité des reliefs géologiques à la surface de Pluton. L'image montre entre autres un terrain énigmatique formé de crêtes alignées qui ressemblent à des dunes. Photo : NASA / Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory / Southwest Research Institute

Les nouveaux clichés ont aussi révélé que la brume délicate des vapeurs atmosphériques entourant la planète, s'élevant à 130 kilomètres d'altitude, est constituée des nombreuses couches gazeuses. Au coucher du soleil, ce voile réfracte la lumière de l'étoile en une faible lueur qui illumine le sol de la planète glacée, le rendant visible aux caméras de la sonde New Horizons.

Deux versions différentes d'une image des couches de brume de Pluton, prises par New Horizons. Ces images sont de bien meilleure qualité que les images comprimées numériquement envoyées peu de temps après le 14 juillet, et permettent d'observer de nombreux nouveaux détails. La version de gauche n'a eu qu'un traitement mineur, tandis que l'image de droite a été spécialement traitée pour révéler un grand nombre de couches de brume dans l'atmosphère. Photo : NASA / Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory / Southwest Research Institute

Le 5 septembre dernier, la sonde a commencé à transmettre à haut débit les données accumulées dans sa mémoire. New Horizons se trouvant à près de cinq milliards de kilomètres de la Terre, le téléchargement complet prendra fin dans environ un an.

Plus d'articles

Commentaires