Retour

La Première Nation Pimicikamak tente de prévenir d'autres suicides

Un sentiment d'urgence est omniprésent au sein de la communauté de Pimicikamak (Cross Lake), dans le nord du Manitoba, où six personnes, en majorité des adolescents, se sont enlevé la vie depuis le mois de décembre.

Un texte de Samuel Rancourt

Plusieurs membres de la communauté désirent implanter un plan de prévention du suicide. Un conseiller de la réserve, Donnie Mckay, dit avoir eu à intervenir auprès d'une fille de 11 ans qui tentait de s'enlever la vie. Cette dernière reçoit actuellement des soins médicaux.

M. Mckay affirme également que plusieurs parents craignent pour la santé de leurs enfants et les surveillent de très près.

La communauté attend toujours une aide du gouvernement provincial. Les travailleurs en santé mentale de la collectivité se disent épuisés, car plusieurs membres de la communauté éprouvent le besoin de parler de cette vague de suicides.

La petite-fille de Cyril Muskego, Anita Scatch, a été la première des six personnes à s'enlever la vie depuis le 12 décembre. M. Muskego affirme qu'Anita, 21 ans, était sans abri et elle se déplaçait de domicile en domicile. Selon lui, cette instabilité a provoqué chez elle un état de détresse. Il affirme qu'il n'aurait jamais imaginé que sa petite-fille mettrait fin à sa propre vie.

Nakeisha McDonald, une adolescente de 16 ans, veut empêcher ses camarades de s'enlever la vie. La jeune fille, qui fait partie du conseil étudiant de l'école secondaire, a organisé un « cercle de partage » mercredi. Six étudiants s'y sont présentés pour discuter de leurs problèmes et tenter de trouver des solutions. Nakeisha McDonald affirme que son initiative a aidé trois personnes suicidaires à ne pas passer à l'acte.

Depuis deux semaines, des travailleurs en santé mentale sont présents à l'école secondaire afin d'apporter un soutien aux étudiants et aux employés. Le personnel de l'école vient d'ailleurs de terminer une formation de deux jours sur la façon de voir les signes avant-coureurs du suicide ainsi que la manière de travailler avec des jeunes à risque. Le directeur de l'école, Dordon Hum, affirme que 117 de ses étudiants sont sur une liste « d'élèves à risque ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un chiot décide de se rafraîchir... dans le réfrigérateur





Rabais de la semaine