Retour

La probabilité de températures extrêmes multipliée par 10 en 5 ans

Un rapport des Nations unies révèle que les cinq dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées; un réchauffement qui a favorisé l'avènement d'événements météorologiques extrêmes.

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié ces données éloquentes sur l'évolution du climat dans le cadre de la 22e édition de la Conférence onusienne sur les changements climatiques qui s'est ouverte lundi, à Marrakech, au Maroc. Des données qui ne constituent pas une surprise puisqu'en 2014 et en 2015, l'OMM avait fait état de nouveaux records de température.

Mais grâce à ce rapport couvrant cinq années, l'OMM a une meilleure perspective sur ce réchauffement, de même que sur les phénomènes climatiques extrêmes qu'il engendre. Sécheresses, vagues de chaleur, records de précipitation et inondations ont en effet été enregistrés sur une plus grande fréquence entre 2011 et 2015. 

Et cette tendance ira en s'accentuant, selon les climatologues, qui ne parviennent pas toutefois à attribuer un événement particulier au seul changement climatique. Nul doute, cependant, que « ce changement climatique a été provoqué par les activités humaines », a déclaré l'OMM dans cette synthèse de près de 80 études publiées sur ce sujet.

De la chaleur extrême sur presque tous les continents

Pendant cette période, « la probabilité d'avoir des températures extrêmes a été multipliée par dix et même plus », a déclaré l'OMM par voie de communiqué.

Selon le secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, si 2015 a été l'année la plus chaude, l'année 2016 constituera probablement un nouveau record de chaleur. À ce sujet, l'OMM publiera la semaine prochaine ses données préliminaires.

L'OMM cite en exemple les phénomènes suivants ayant marqué les cinq années qui viennent de s'écouler :

  • records saisonniers et annuels de températures aux États-Unis en 2012 et en Australie en 2013;
  • étés chauds en Asie de l'Est et en Europe de l'Ouest en 2013;
  • vagues de chaleur au printemps et en automne 2014 en Australie;
  • record annuel de chaleur en Europe en 2014;
  • vague de chaleur en Argentine en décembre 2013.

Promesses et défis de l'accord de Paris

Des climatologues n'ayant pas participé à la réalisation du document de l'OMM affirment pour leur part que ces données sont alarmantes. Au point, disent-ils, que les objectifs contenus dans l'accord signé à Paris ne seront peut-être pas suffisants pour renverser la vapeur.

L'accord de Paris, premier accord sur le climat de portée universelle, a été ratifié en décembre 2015 - notamment par le Canada - et il est entré en vigueur le 4 novembre dernier.

Visant entre autres grands objectifs à limiter le réchauffement climatique « bien en dessous » du seuil des 2 degrés Celsius, l'accord de Paris constitue la pierre angulaire des discussions de la COP22 ( pour « Conference of the Parties »), en cours à Marrakech. 

La conférence rassemble plus de 20 000 participants, dont les délégations de 196 États.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?