Retour

La révolution du cannabis, du Colorado au Canada?

Même si trois chefs de parti appuient sa légalisation, le débat sur la marijuana passe inaperçu dans la campagne électorale fédérale. Le Canada imitera-t-il un jour le Colorado, où le cannabis est en vente libre?

Un reportage de Michel Labrecque à Désautels le dimanche

Le Colorado a été la première juridiction au monde à légaliser la marijuana récréative, en janvier 2014. Un saut dans le vide, disaient à l'époque beaucoup de citoyens et de politiciens. Une décision prise par référendum, alors que presque toute la classe politique était contre.

Vingt mois plus tard, les choses semblent plutôt bien se dérouler. L'Alaska, l'Oregon et Washington ont même emboîté le pas au Colorado. L'Uruguay, en Amérique du Sud, a fait de même. D'autres États américains pourraient légaliser la marijuana récréative d'ici un an, comme le Vermont et la Californie. Plusieurs sondages récents montrent qu'une faible majorité d'Américains est maintenant pour la vente libre du cannabis.

J'étais au Colorado il y a quelques mois. J'y ai rencontré Mary MacCarthy, journaliste à Denver pour l'agence de presse web Feature Story News.

Pour voir cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Une inspiration pour le Canada?

Il est étonnant que cette question ne soit pas débattue au Canada durant la campagne électorale. Justin Trudeau, du Parti libéral, Gilles Duceppe, du Bloc québécois, et Elizabeth May, du Parti vert, sont pour la légalisation, tandis que Thomas Mulcair, du NPD, est en faveur de la décriminalisation. Quant à Stephen Harper, du Parti conservateur, il est pour le statu quo.

Pour l'instant, cet enjeu de société passe inaperçu. Justin Trudeau en parle quand on lui pose des questions, mais il ne semble pas vouloir que cela devienne un point chaud de la campagne.

En attendant, la Cour suprême du Canada a statué au début de l'été que le cannabis médical, déjà reconnu au pays, peut non seulement être fumé, mais aussi consommé sous d'autres formes.

Le pari du Colorado

Le Colorado a donné au cannabis un statut comparable à l'alcool. L'accès est limité aux adultes, et le gouvernement peut récolter les impôts de producteurs qui sont désormais légaux.

Résultat : 45 millions de dollars américains la première année, et on se dirige vers 100 millions pour la deuxième année. Des revenus qu'on consacrera en priorité à la construction de nouvelles écoles, à la prévention et à la recherche.

Toni Fox est propriétaire de la boutique 3-D Cannabis. C'est elle qui a fait la première transaction légale de marijuana récréative, le 1er janvier 2014. En 2015, son entreprise se porte très bien.

Pour voir cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Une loi schizophrène

Il y a plusieurs centaines de magasins comme celui de Toni Fox au Colorado. On dit qu'à Denver il y a plus de boutiques de pot que de cafés Starbucks. Le tourisme connaît aussi un boom depuis l'entrée en vigueur de la loi.

C'est toutefois une loi contradictoire. Il est très facile de se procurer du cannabis, à condition d'avoir 21 ans ou plus. Par contre, il n'y a pratiquement aucun endroit en dehors de chez soi où on peut le consommer.

Pour les habitants du Colorado, ce n'est pas un gros problème. Mais pour les touristes, il devient presque impossible de respecter la loi. Les nouveaux industriels du pot et le conseil municipal de Denver discutent en ce moment de la possibilité de permettre la consommation du cannabis dans des clubs privés et certains bars.

Selon vous, la société canadienne est-elle prête à légaliser la marijuana? Faites-nous part de vos commentaires ci-dessous.

Plus d'articles

Commentaires