Pendant des années, l'autoroute 63 a été un symbole de prospérité. Seule voie terrestre vers Fort McMurray, elle a été empruntée par ces Canadiens attirés par l'économie de la capitale canadienne des sables bitumineux. L'autoroute 63 est maintenant devenue celle de la fuite et de l'exil.

Un photoreportage de Raphaël Bouvier-Auclair

Elle avait la réputation d'être très occupée. Tellement qu'avec les années elle s'est fait connaître comme étant une route dangereuse. Certains la surnomment même « l'autoroute de la mort », vu le grand nombre d'accidents dont elle a été le théâtre.

Aujourd'hui, l'autoroute 63 est presque déserte. Un peu partout, des camions abandonnés, faute d'essence, parsèment ses abords.

Voir l'autoroute 63 dans cet état trouble Gino Noël.

Celui qui vit depuis six ans à Fort McMurray était coincé au nord de la ville. Il a été escorté par convoi à travers des paysages dévastés qu'il associe à une « zone de guerre ». Il ne sait toujours pas dans quel état est sa maison.

Pour tous ceux pour qui l'autoroute 63 était synonyme de travail, elle symbolisera maintenant l'incertitude.

Jocelyn Duquette, qui travaille dans le secteur pétrolier, estime que la sérénité sera sa meilleure alliée.

Le long de cette route, devenue un chemin obligé pour des milliers d'évacués, des signes de générosité mettent un peu de joie dans le décor.

Tantôt une station-service improvisée, tantôt un camion transformé en centre de dons. Ils sont plusieurs Albertains à avoir senti le besoin d'agir.

C'est le cas de Lisa Leclair. Avec son conjoint et son fils de sept mois, ils ont fait plusieurs heures de route pour accueillir les évacués qui arrivent en convoi.

Sur leur camion rempli de denrées de toute sorte, leur attachement à leur province d'origine ne trompe pas. Ces Néo-Brunswickois, qui ont fait le choix de l'Alberta, trouvaient naturel de donner de leur temps.

Appréhender le retour

Si l'autoroute 63 a aidé à l'évacuation, elle sera aussi un passage nécessaire pour la reconstruction.

Gino Noël, qui a quitté sans savoir ce qu'il laissait derrière, préfère rester optimiste quand vient le moment de penser à ce qui l'attendra à la fin de son prochain voyage sur l'autoroute. « Faut la prendre cette route-là. Faut aller vers le sud pour être capable de remonter vers le nord », dit-il, sagement. 

Feu de forêt à Fort McMurray

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine