Retour

La sénatrice Lynn Beyak réplique au chef conservateur Andrew Scheer

La sénatrice Lynn Beyak nie que le chef conservateur Andrew Scheer lui ait demandé de retirer des lettres de son site Internet, qui appuie son point de vue au sujet des pensionnats autochtones. La sénatrice qui siège désormais comme indépendante dit avoir appris qu'elle avait été expulsée du caucus du Parti conservateur par le biais du communiqué de M. Scheer aux médias.

Dans un communiqué, Mme Beyak réfute aussi les allégations selon lesquelles des propos jugés racistes ont été volontairement affichés sur son site web du Sénat canadien.

« Jamais je ne dirais ou ferais ce genre de chose », exprime-t-elle dans le communiqué.

Elle croit plutôt que son site permet à tous les Canadiens, qu’ils soient non autochtones ou autochtones, de s’exprimer librement.

Selon Mme Beyak, les médias devraient porter leur attention sur l’éthique de Justin Trudeau et sur l’affaire Joshua Boyle au lieu des lettres publiées depuis des mois sur son site, et qui sont devenues un appât pour piéger le chef conservateur.

À propos d’Andrew Scheer

La sénatrice controversée critique aussi le leadership du chef conservateur.

« Un bon leader ne serait jamais tombé dans le panneau, mais quand un leader remporte par une faible marge et qu’il rejette toute autre opinion, la sagesse et le bon sens se perdent. Nous méritons un meilleur leadership que ce qui existe présentement et qui est entravé par la rectitude politique », écrit la sénatrice Beyak.

Le chef conservateur avait écrit dans une déclaration qu’il considérait que certains commentaires sur le site internet de Mme Beyak étaient inacceptables.

« De suggérer que les Autochtones sont paresseux contrairement au reste des Canadiens est tout simplement raciste », a indiqué Andrew Scheer.

« Les Canadiens, dit Mme Beyak, peuvent décider par eux-mêmes ce qui est pertinent et ce qui peut aider les peuples autochtones à repartir à neuf, alors qu’ils souffrent encore et qu’ils vivent dans des conditions lamentables. »

Mme Beyak entend continuer à défendre la liberté de parole à titre de sénatrice.

Des ministres fédérales entrent dans la mêlée

Dans une lettre conjointe envoyée au chef conservateur Andrew Scheer, la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord Carolyn Bennett et sa collègue des Services aux Autochtones Jane Philpott, lui fait remarquer que les documents qualifiés de racistes s’affichent toujours sur les pages Internet du Sénat.

Elles demandent qu’ils soient tous retirés, tout en soulignant leur déception face à la sénatrice Lynn Beyak qui utilise les ressources parlementaires pour « propager la désinformation et des préjugés contre les peuples autochtones », indique la lettre.

Les ministres Bennett et Philpott craignent que les lettres offensantes soient vues comme étant endossées par le Parlement.

Elles souhaitent aussi que l’affaire soit portée à l’attention du caucus du Sénat.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité