La Russie n'a pas oublié la Série du siècle, perdue de justesse aux mains du Canada en 1972. Et le président Vladimir Poutine non plus. Il a décidé de marquer le 45e anniversaire de cet événement en invitant des vétérans des deux équipes. Notre correspondant Raymond Saint-Pierre en a profité pour discuter avec lui.

Aujourd’hui, les frères Frank et Peter Mahovlich de l’équipe canadienne, et le gardien de but légendaire Vladislav Tretiak de l’équipe soviétique sont de grands amis, comme on a pu le voir à Sotchi. Mais à l’époque, ils s’étaient affrontés dans cette série très dure, violente par moments, la première entre joueurs canadiens de la Ligue nationale et hockeyeurs soviétiques… Cela a été l’événement le plus suivi de l’histoire de la télévision canadienne!

Vladimir Poutine avait 20 ans à l’époque.

« Je n’ai pas vu tous les matchs, nous dit-il, mais j’ai retenu cette passion, le courage, la qualité de jeu, l’enthousiasme des joueurs. Je suis sûr qu’ils ont fait beaucoup pour développer le hockey dans le monde. »

Je lui ai demandé pourquoi c’est important de célébrer ce 45e anniversaire.

« Je pense que c’est très bien pour le sport, pour le hockey, et aussi parce que j’ai un grand respect pour ces joueurs canadiens et russes. Il y a une autre raison, et ce sont les vétérans canadiens qui m’ont dit ça : nous sommes maintenant des amis, et non pas des adversaires, cela veut dire que le sport nous unit. Il ne faut jamais oublier ce rôle pacificateur du sport. »

Je lui ai alors rappelé que cette série s’est jouée en pleine guerre froide. Maintenant, la Russie est la cible de sanctions de plusieurs pays occidentaux, dont le Canada. On lui reproche l’annexion de la Crimée et son implication dans le conflit dans l’est de l’Ukraine.

Je lui ai donc demandé si nous vivons à nouveau une guerre froide.

Il m'a répondu diplomatiquement. « À cette époque, malgré la guerre froide, les gens pouvaient communiquer entre eux, et résoudre leurs problèmes. S’il y avait une rivalité, ce n’était pas sur le champ de bataille, mais dans le sport. Ces vétérans nous donnent un bel exemple du genre de comportement que nous devrions avoir maintenant. »

Il y a 45 ans, cette Série du siècle était vue comme un affrontement entre deux systèmes, le capitalisme et le communisme. Elle garde ainsi une saveur politique, étant vue par le président russe comme un symbole de possible rapprochement.

La dizaine de vétérans de l’équipe canadienne et ceux de l’équipe soviétique devaient ensuite se déplacer vers Moscou pour inaugurer une exposition commémorant cette série légendaire au Musée du hockey.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine