Retour

La Sûreté du Québec lance un nouvel appel aux victimes d'agression sexuelle

Dans les bureaux de la Sûreté du Québec (SQ) partout au Québec, les équipes qui rencontreront les victimes d'agression sexuelle qui souhaitent la révision de leur dossier s'affairent. Or, Radio-Canada a appris que « très peu » de victimes ont répondu à l'appel de la police provinciale afin de rencontrer ses enquêteurs et intervenants sociaux.

Un texte de Pascal Robidas

La SQ a lancé un projet-pilote en compagnie du ministre Martin Coiteux le 1er décembre dernier dans la foulée du mouvement #moiaussi, qui a mené à une vague de signalement au SPVM.

On proposait alors aux victimes d'agression sexuelle de demander sur une base volontaire la révision de leur dossier jugé non-fondé. Cette révision est possible pour tout dossier qui a été traité au cours des cinq dernières années.

À la SQ, certains croient que les affaires Éric Salvail et Gilbert Rozon ont occupées un tel espace médiatique à l'automne que cela aurait porté ombrage à ce vaste projet-pilote.

La Sûreté du Québec lance donc un nouvel appel au public pour demander aux victimes d'agression sexuelle de se manifester en toute confidentialité.

Le modèle de Philadelphie

La Sûreté du Québec a composé ses équipes en s'inspirant du modèle de Philadelphie. Depuis une vingtaine d'années, la service de police de cette métropole américaine a conclu des partenariats avec des groupes communautaires pour s'assurer de la transparence et la rigueur du processus de révision.

Les résultats sont si concluants que plusieurs corps policiers en Amérique du Nord ont adopté ce modèle d'intervention.

Au Québec, chaque comité de révision de la SQ sera composé du Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), du Bureau d’aide aux victimes d’actes criminels, du Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) de Montréal et ainsi que du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Le défi pour la SQ dans les dernières semaines était de trouver des intervenants des groupes communautaires avec des agendas suffisamment flexibles pour analyser plusieurs demande de révision.

En 2019, les résultats seront analysés. S'ils sont concluants, le projet-pilote de la Sûreté du Québec pourrait s'étendre pour l'ensemble des corps policiers du Québec.

Pour demander une révision, les victimes d’agression sexuelle sont invitées à transmettre un courriel au Module d'assistance aux victime (MAV) à l'adresse suivante: mav@surete.qc.ca.

Plus d'articles