Retour

La tante du petit Alan Kurdi veut rencontrer Justin Trudeau

Tima Kurdi, qui porte toujours le deuil de sa belle-soeur et de ses neveux morts noyés le mois dernier en tentant de se rendre en Grèce, souhaite discuter de la crise des migrants avec Justin Trudeau.

« C'est une bonne personne », a-t-elle déclaré au sujet du premier ministre désigné, vendredi. Il voit les réfugiés comme des êtres humains ».

Les photos du corps sans vie d'Alan Kurdi ont fait le tour du monde en septembre, mettant la crise des migrants syriens à l'avant-plan de la campagne électorale fédérale. Douze personnes à bord d'une embarcation pour rejoindre la Grèce ont péri le même jour que le petit garçon de trois ans, dont sa mère et son frère. Le père d'Alan, Abdullah Kurdi, est le seul survivant de la famille.

Tima Kurdi avait l'espoir de faire venir son frère, sa belle-sœur et ses neveux ainsi que son autre frère, Mohammed, à Coquitlam, en banlieue de Vancouver, où elle réside depuis de nombreuses années déjà.

Au moment de la tragédie, Tima Kurdi avait fait une demande de statut de réfugié uniquement pour Mohammed et ses proches, ne pouvant soutenir financièrement qu'une famille à la fois. Le tour d'Abdullah devait arriver ensuite, mais la demande, jugée incomplète, a été retournée à son expéditrice.

« On devrait offrir la citoyenneté canadienne à mon frère »

Citoyenneté et Immigration Canada a contacté Tima Kurdi pour l'encourager à soumettre à nouveau la demande pour Mohammed, son épouse et leurs cinq enfants. Le dossier a été déposé la semaine dernière, a-t-elle indiqué. « Rien n'est garanti, mais j'espère que les choses iront plus vite avec le nouveau gouvernement », a-t-elle déclaré, ajoutant que la procédure pouvait prendre entre six mois et deux ans.

Tima Kurdi n'a entamé aucune démarche pour Abdullah, qui devrait, selon elle, bénéficier d'un traitement spécial. « Les voies régulières vont prendre beaucoup de temps. Je pourrais essayer, mais je ne sais pas encore. On devrait lui offrir la citoyenneté canadienne », estime-t-elle.

La Britanno-Colombienne espère pouvoir un jour être réunie avec ses deux frères. « Comme je suis coiffeuse et qu'ils sont tous les deux barbiers, on pourrait faire une bonne équipe ! », conclut-elle.

Plus d'articles

Commentaires