Retour

La taxe carbone, une « folie nationale » après l'élection de Trump, selon Rona Ambrose

La chef par intérim du Parti conservateur a qualifié le plan du gouvernement fédéral d'établir une taxe sur le carbone de « folie nationale ». La victoire de Donald Trump et des républicains au Congrès signifie qu'il n'y a aucune raison de poursuivre une telle politique, croit Rona Ambrose.

« C'est une insanité totale que de couler notre propre économie. Nous allons nous retrouver dans une situation concurrentielle désavantageuse avec une taxe sur le carbone partout au pays, alors que nous savons que les Américains n'ont aucune intention de faire la même chose », dit-elle.

La victoire électorale de Donald Trump a prouvé que des millions d'Américains n'appuient pas les politiques libérales avancées par le Parti démocrate et sa candidate, l'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton, a déclaré Rona Ambrose.

La logique ne tient plus, soutient Rona Ambrose

Les partisans de la taxe sur le carbone ont insisté sur le fait que la mesure amènerait les Américains à acheter plus de pétrole du Canada, puisqu'il collabore dans la lutte contre le changement climatique.

Selon la chef par intérim du Parti conservateur, la victoire électorale du candidat républicain, qui a qualifié à plusieurs reprises les changements climatiques de « canular », a complètement changé cette dynamique.

« La taxe sur le carbone ne va pas acheter l'approbation de M. Trump sur le pipeline Keystone XL, n'est-ce pas? Il le soutient déjà », dit Rona Ambrose.

Le pipeline qui n'a pas encore été approuvé transporterait le pétrole de l'Alberta vers les raffineries de la côte du Golfe des États-Unis.

Rona Ambrose a fait ses commentaires quelques heures après que Justin Trudeau eut déclaré aux journalistes en Nouvelle-Écosse qu'il serait prêt à rouvrir l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), que Donald Trump a qualifié pendant la campagne électorale de « l'un des pires qui soient ».

« Pourquoi le premier ministre est-il en train de parler de cela? Au lieu de cela, il devrait prendre le téléphone et parler à M. Trump de faire construire le pipeline Keystone XL le plus rapidement possible », a déclaré Rona Ambrose.

La chef par intérim était en visite à Edmonton avec la députée conservatrice Shannon Stubbs afin de réitérer leurs critiques sur le plan du gouvernement fédéral de fermer un centre de traitement des cas d'immigration, de réfugiés et de citoyenneté à Vegreville.

Le centre est le plus grand employeur de la ville de moins de 6000 résidents et la fermeture coûtera 280 emplois, ont déclaré les conservateurs et le maire de la ville. Les libéraux veulent le déménager à Edmonton.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?