« Float like a butterfly, sting like a bee. » La devise de Mohamed Ali est passée à l'histoire, tout comme le style de cet illustre boxeur, dont les prouesses ont marqué toute une génération en plus d'inspirer des millions d'Afro-Américains. Mais au-delà de ses performances sportives, les prises de position religieuses et politiques de cet athlète à la personnalité unique en ont fait une légende qui, de son vivant, n'a laissé personne indifférent.

1. L'ASCENSION

C'est en 1960, aux Jeux olympiques de Rome, que le monde fait la connaissance de Cassius Clay, un boxeur de 18 ans, originaire du Kentucky, médaillé d'or chez les mi-lourds. Devenu professionnel, ce bavard flamboyant fait les délices des médias. Son magnétisme ne laisse personne indifférent.

2. UN PREMIER TITRE MONDIAL

Il remporte ses 19 premiers combats avant d'affronter le champion Sonny Liston pour le titre des poids lourds. À la surprise de tous, celui qui était considéré comme invincible abandonne après le 7e round. À 22 ans, Clay est champion du monde.

3. SUPRÉMATIE CONFIRMÉE

L'année suivante, Cassius Clay remporte haut la main un combat revanche contre le même Sonny Liston, qui s'écroule au tapis dès le 1er round.

4. UN HOMME DE CONVICTIONS

Aussi habile avec les mots qu'avec ses poings, Cassius Clay devient le pourfendeur du racisme. Il se lie d'amitié avec Malcolm X, leader charismatique des Black Muslims. Converti à l'islam, il sera dorénavant Mohamed Ali.

5. UN COMBAT AU CANADA

Mohamed Ali s'est battu deux fois au Canada. Sur cette photo, le 30 mars 1966, le Canadien George Chuvalo, blessé sous l'oeil droit, lance une gauche à son adversaire durant un combat de 15 rounds au Maple Leaf Gardens de Toronto. Ali gagne par décision unanime des juges. Les deux hommes s'affronteront de nouveau à Vancouver en mai 1972, avec le même résultat.

6. REFUSER DE SE BATTRE

Les convictions religieuses et l'engagement politique de Mohamed Ali dérangent les autorités. En 1967, en pleine guerre du Vietnam, il refuse de s'enrôler. On le condamne alors à cinq ans de prison et on lui retire son titre de champion du monde des poids lourds. Ali porte la cause en appel, mais ce n'est que trois ans et demi plus tard que la Cour suprême lui donne raison.

7. UN PREMIER REVERS

De retour sur le ring en 1971, Ali encaisse la première défaite de sa carrière contre Joe Frazier à l'issue de ce qu'il est désormais convenu d'appeler « le combat du siècle ».

8. DE RETOUR AU SOMMET

Déterminé à reprendre sa couronne, il en a l'occasion trois ans plus tard, en 1974, face au nouveau champion George Foreman, plus jeune et plus fort. Le « Rumble in the jungle » se déroule à Kinshasa, au Zaïre. Appuyé sur les câbles, Ali encaisse les coups de massue de Foreman. Le champion finit par s'épuiser et, au 8e round, la contre-attaque est décisive. Ali est de nouveau champion du monde.

9. UN NOUVEL ADVERSAIRE : LE PARKINSON

Mohamed Ali remporte 10 de ses 11 combats suivants. Il prend sa retraite le 27 juillet 1979 après avoir vaincu Leon Spinks en 15 rounds, mais annonce peu de temps après son retour sur le ring face à Larry Holmes. Le duel est une véritable boucherie; d'aucuns croient qu'il a contribué à l'apparition des premiers symptômes du Parkinson chez le boxeur, qui recevra un diagnostic officiel quelques années plus tard. Un ultime revers contre Trevor Berbick, en 1981, le pousse à la retraite pour de bon.

10. LE COUP D'ENVOI DES JEUX D'ATLANTA

Son combat contre la maladie ne l'empêche pas de s'engager dans différentes causes humanitaires. Aux Jeux olympiques de 1996, c'est à lui que revient l'honneur d'allumer la vasque olympique.

11. UN TÉMOIGNAGE ÉMOUVANT

Le 22 mai 2002, Mohamed Ali se présente devant un sous-comité du Sénat américain pour sensibiliser les élus à la maladie de Parkison. Mais le mal a déjà fait son oeuvre et l'empêche de parler. C'est une lobbyiste qui le fera pour lui, suivie du comédien Michael J. Fox, également atteint - un témoignage qui bouleversera les États-Unis.

12. HOMMAGE DE LA MAISON-BLANCHE

Décrit comme l'être humain le plus connu de la planète, Ali est fait « messager de la paix » par les Nations unies. Le 9 novembre 2005, il reçoit la médaille présidentielle de la liberté, la plus haute récompense civile des États-Unis.

Marié quatre fois, il laisse dans le deuil ses neuf enfants, dont sa plus jeune fille, Laila, qui, comme son père, a choisi de faire carrière dans la boxe. Athlète exceptionnel, personnalité forte et attachante, Mohamed Ali s'est beaucoup battu dans la vie : contre des boxeurs, mais surtout pour ses convictions. Celui qui s'était autoproclamé « The Greatest » - « le plus grand » - n'était sûrement pas loin de la vérité.

D'après le récit de François Faucher

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine