Retour

Lacunes importantes dans les services offerts aux personnes handicapées

Cinq ans après l'entrée en vigueur d'une politique devant permettre aux personnes en situation de handicap de mieux s'intégrer à la société, l'Office des personnes handicapées du Québec constate les limites des progrès réalisés jusqu'à maintenant.

Un texte de Hugo Lavallée

PRIMEUR – Longs délais d'attente, besoins non comblés, disparité dans l'offre de services... Un rapport préliminaire produit par l'organisme et obtenu par Radio-Canada met en exergue les obstacles auxquels sont confrontées les personnes handicapées.

En 2009, Québec adoptait la politique « À part entière : pour un véritable exercice du droit à l'égalité » afin de favoriser l'intégration à la société des personnes souffrant d'un handicap. Dans la version préliminaire d'un rapport portant sur les cinq premières années de mise en œuvre de cette politique, l'Office des personnes handicapées relève toutefois que bien des problèmes persistent.

Le document indique que si les sommes investies par le ministère de la Santé ont augmenté ces dernières années, de nombreux besoins ne sont toujours pas comblés. Par exemple, au chapitre du soutien à domicile, « le nombre d'heures de services par usager semble demeurer faible, notamment lorsque les services sont offerts par les CSSS [Centres intégrés de santé et de services sociaux] ».

Des disparités de services demeurent selon la région où habitent les prestataires de soins, ou encore, selon leur handicap. Le rapport note par exemple que, durant la période étudiée de 2009-2010 à 2013-2014, le nombre d'heures de service offertes en soutien à domicile a surtout augmenté pour les personnes âgées, alors qu'il a diminué pour les gens atteints de déficience intellectuelle ou de troubles du spectre de l'autisme.

Le rapport s'inquiète aussi de l'insuffisance des ressources octroyées aux proches aidants : « Le suivi des dépenses de programmes du MSSS [ministère de la Santé et des Services sociaux] a révélé que le financement des services aux proches aidants a très peu augmenté en termes absolus depuis 2009-2010 et que l'augmentation est plus faible que le taux d'inflation », écrit-on.

Le document, qui porte sur différents aspects de la vie des personnes en situation de handicap, comme le transport, le logement et les communications, s'appuie notamment sur les rapports récents du Vérificateur général et du Protecteur du citoyen, qui ont tous deux constaté des lacunes dans les services offerts. Longs délais d'attente, apparition de nouveaux « critères d'exclusion », offre de services conditionnée par les budgets disponibles plutôt que les besoins... Le rapport reprend à son compte plusieurs des constats faits préalablement par les deux institutions.

De nombreuses recommandations sont formulées, dont celle de « renforcer les mécanismes de contrôle de la qualité » des services offerts. On suggère aussi au ministère de rendre public l'écart « entre les besoins et les services rendus en soutien à domicile » et de financer ces services jusqu'à concurrence « de ce qu'il en coûterait pour héberger une personne présentant un même profil de besoins dans un établissement public ».

L'Office des personnes handicapées du Québec n'a pas souhaité commenter le contenu de ce document, préférant attendre sa publication en bonne et due forme.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine