Retour

« Laissons la Sûreté du Québec faire son enquête » sur Costa Labos, dit le directeur de la police de Montréal

Le directeur du Service de police de la Ville de Montréal, Philippe Pichet, confirme que l'ex-patron de la Division des affaires internes Costa Labos fait l'objet d'allégations très graves, soit d'entrave à la justice et de fabrication de preuve. Il se limite à dire que les informations qu'il a reçues de la Sûreté du Québec se rapportent à un dossier qui remonte à « plusieurs années », qui n'a pas fait les manchettes.

Un texte de Pascal Robidas

Presque un an après avoir été blanchi de toute allégation au terme d'une première enquête criminelle menée par la SQ, alors qu'il était soupçonné d'avoir menti pour perquisitionner le domicile de l'ex-enquêteur Roger Larivière, l'inspecteur-chef Costa Labos se retrouve de nouveau sur la sellette.

Cette fois, les informations sont suffisamment incriminantes pour que le directeur du SPVM le relève de ses fonctions, contrairement à l'été dernier. Il ne s'agirait pas du même dossier.

« Attendons que l'enquête se poursuive [concernant Costa Labos]. Le dossier sera remis au bureau du Directeur aux poursuites criminelles et pénales. Ce seront eux qui décideront s'il y aura des accusations criminelles ou non », a affirmé Philippe Pichet en entrevue à Radio-Canada.

Depuis un an, Costa Labos fait les manchettes parce que plusieurs anciens policiers du SPVM, qui ont été forcés de démissionner ou de prendre leur retraite, l'ont accusé d'avoir bâclé des enquêtes disciplinaires. Plusieurs d'entre eux se sont même retrouvés devant les tribunaux, sans toutefois faire l'objet d'accusations.

Formée il y a quelques mois à la demande du ministre québécois de la Sécurité publique, Martin Coiteux, l'équipe mixte dirigée par la SQ a reçu les plaintes d'ex-enquêteurs du SPVM, soit Mario Lambert, Roger Larivière, Philippe Paul, Giovanni Di Feo, Jimmy Cacchione et André Thibodeau. C'est sans compter des policiers toujours en service qui ont fait l'objet d'une enquête des affaires internes ou des enquêtes spéciales. Dans la majorité des cas, l'inspecteur-chef Costa Labos était le superviseur de l'équipe d'enquêteurs.

Il était également à la tête de l'équipe du Projet Escouade qui s'est soldé par la demande de mandats de surveillance électronique du chroniqueur et journaliste Patrick Lagacé.

Appel à la prudence

Malgré toutes les allégations d'anciens policiers du SPVM qui gravitent autour de Costa Labos, le directeur du SPVM demande de faire preuve de prudence. Il rappelle que parmi les quatre cadres qu'il avait relevés de leurs fonctions depuis février dernier, deux ont été blanchis et réintégrés dans leurs fonctions.

Il s'agit de l'inspecteur Martin Renaud et du commandant Pascal Leclair, qui sont désormais disculpés d'accusations à la suite de vérifications par les enquêteurs de l'équipe mixte.

Outre Costa Labos, le directeur adjoint Bernard Lamothe et le commandant Patrick Vilceus sont les autres hauts gradés qui font toujours l'objet d'une enquête de l'équipe mixte chargée des affaires disciplinaires du SPVM depuis février dernier.

Pour joindre Pascal Robidas : pascal.robidas@radio-canada ou 514 895-0158

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine