Retour

Le 14 juillet 1987, c'était le déluge à Montréal!

Cet après-midi-là, le 14 juillet 1987, en pleine heure de pointe, trois immenses cellules orageuses éclatent au-dessus de Montréal. En moins de deux heures, plus de 100 millimètres de pluie tombent sur la métropole. Retour sur cette tempête d'une violence exceptionnelle qui a complètement paralysé la ville.

Un texte de Vincent Maisonneuve

Dans les jours qui précèdent le déluge, une vague de chaleur frappe Montréal. Lorsqu’une masse d’air froid s’approche de la ville, une puissante tempête se lève. « C'est la quantité de pluie qui est tombée; il est tombé au-delà de 100 millimètres en un peu plus d'une heure, et ça, c'est extrêmement intense », explique le météorologue de Radio-Canada Pascal Yiacouvakis.

« Le vent est arrivé, et à un moment donné, on ne voyait qu’une épaisse fumée blanche. C’était de l’eau! On ne voyait rien. Les arbres étaient tous penchés. L’eau entrait par les châssis, par le toit. L’eau rentrait même par les toilettes! On a trois pieds d’eau au sous-sol », racontait à l’époque un commerçant montréalais.

Un amalgame de vent, de grêle et de pluie s’abat sur le coeur de la métropole. « Dans ce cas-là, explique Pascal Yiacouvakis, pour qu’il y ait de la grêle, ça veut dire que l'orage s'étendait très haut, à au moins 10 km d'altitude. Imaginez la quantité d'eau qu'il y a dans cette colonne d'eau de 10 km! Un exemple, durant tout le mois de juillet, il tombe normalement 90 mm de pluie, et cette journée-là, en un peu plus qu'une heure, il est tombé 103 mm au centre-ville. C'était très, très intense, beaucoup de pluie en très peu de temps. »

Les cellules orageuses se déplacent si lentement que l’eau tombe au même endroit. Alors qu’on enregistre 105 millimètres de pluie au parc La Fontaine, on ne rapporte que 10 millimètres d’eau à Longueuil. Au total, il est tombé 129 millimètres de pluie durant tout le mois de juillet 1987 à Montréal. C’est donc 77 % de toute la pluie du mois qui se déverse sur le centre-ville en à peine 90 minutes.

Durant cet après-midi de juillet 1987, les égouts, qui peuvent absorber 40 millimètres d'eau à l'heure, débordent. Les couvercles des puisards sont propulsés en l’air par de puissants geysers. Des tuyaux explosent sous la pression de l’eau.

Plusieurs rues se transforment en rivières. Un mètre d’eau recouvre la rue Sainte-Marie dans le quartier Saint-Henri. En l’espace de 30 minutes, l’autoroute Décarie se transforme en canal, le niveau de l’eau y atteint 3,5 mètres. Les pompiers doivent descendre des échelles pour évacuer les automobilistes. Au total, c’est plus de 400 voitures qui seront abandonnées sur les autoroutes de la métropole.

L’eau s’infiltre partout, même dans les tunnels. Ce qui force la fermeture presque complète du métro. Les autobus envoyés en renfort sont rapidement coincés dans de monstrueux embouteillages . La Ville se retrouve paralysée.

En quelques minutes, le 911 reçoit 43 000 appels, alors que la moyenne est d’environ 2500 par jour.

Depuis son centre d’observation, le chroniqueur à la circulation Roger Laroche de l’époque disait: « Tout est bloqué, même les véhicules d'urgence ont peine à se rendre sur les lieux. » Faute de secours, ce sont de simples citoyens qui ont dû évacuer, en chaloupe, une résidence pour personnes âgées.

Près de 50 000 sous-sols sont inondés à la grandeur de l'île. Quelque 350 000 résidences sont privées d’électricité. Rétablir le courant a été difficile. La tempête avait endommagé le principal réseau informatique d’Hydro-Québec. « Les ordinateurs, tout le plancher informatique, ont été inondés, on a perdu notre matériel informatique », rapportait un des responsables de la société d’État.

La tempête a fait deux victimes. Un homme de 80 ans s’est noyé et un autre a été électrocuté.

En dollars d’aujourd’hui, les dommages se sont élevés à un demi-milliard. Faute d’assurance, très peu de gens seront indemnisés. Québec avait bien promis un fonds d’urgence de 40 millions de dollars (76 millions de dollars d’aujourd’hui) mais à peine le quart de cette somme a réellement été distribué.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine