Retour

Le bleu conservateur du Grand Toronto va-t-il changer de couleur?

C'est dans le Grand Toronto et les banlieues de la Ville Reine que les troupes de Stephen Harper ont séduit les communautés culturelles et assuré leur majorité il y a quatre ans. Mais les territoires torontois conquis de justesse par les conservateurs en 2011 pourraient leur glisser entre les doigts le 19 octobre prochain.

Un texte de Christian Noël

Au milieu des immeubles d'habitation et des longues files d'attente pour l'autobus, Amgad vient de sortir de la bibliothèque publique de son quartier. Il habite la toute nouvelle circonscription de Don-Valley-Nord, en périphérie de Toronto. Il fréquente l'établissement plusieurs fois par semaine, parce qu'il n'a pas Internet à la maison.

Amgad aime se garder au courant de ce qui se passe en Égypte, son pays d'origine, qu'il a quitté il y a six ans pour venir au Canada.

La crise des migrants et des réfugiés syriens le touche de près. Lui-même immigrant, il favorise l'approche des conservateurs dans le dossier.

« C'est important d'aider les réfugiés, dit-il, mais le Canada ne peut pas se permettre d'en accueillir davantage. » Selon lui, le gouvernement devrait d'abord s'occuper des immigrants qui sont déjà au Canada.

« On manque d'emplois, on manque d'aide du gouvernement. Si on accueille plus de réfugiés, ça voudra dire plus de dépenses et un taux de chômage plus élevé », déplore-t-il.

« Si 1000 familles viennent s'installer à Toronto, qu'est-ce qu'elles vont faire?, ajoute Hamad Gulzar, arrivé du Pakistan il y a 10 ans. Soit ils vont prendre nos emplois, soit ils vont rester à la maison à recevoir des chèques du gouvernement. »

C'est sur ce sentiment protectionniste des nouveaux arrivants que se basent les conservateurs pour leur réponse à la crise des migrants, à la suite de la noyade d'Alan Kurdi, ce bambin de 3 ans retrouvé mort sur une plage de Turquie.

Un sentiment qui trouve écho dans la trentaine de circonscriptions du Grand Toronto, où les immigrants forment plus de la moitié de la population. Des quartiers cruciaux pour la survie du gouvernement conservateur.

Pour voir ce tableau sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Pour voir la carte interactive du Grand Toronto sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Un autre son de cloche

Des odeurs de safran, de coriandre et de viande grillée envahissent le restaurant Cuisine Afghane, dans Don Valley-Ouest, une circonscription multiethnique dans le coin nord-ouest de Toronto.

Assise seule au fond de la salle, Mona Frey attend son repas. Elle croit que le gouvernement devrait augmenter le nombre de réfugiés syriens qu'il est prêt à accueillir.

Mona dit qu'elle veut se débarrasser des conservateurs « coûte que coûte ». Mais elle n'a pas encore arrêté son choix. « Je vais sûrement me décider le jour du vote », croit-elle.

« J'hésite entre le NPD et les libéraux, mais je veux en savoir davantage sur leurs propositions avant de faire mon choix », précise-t-elle. Les prochains débats des chefs seront cruciaux pour elle.

Natasha Williams, dont la mère a immigré des Caraïbes il y a 30 ans, voudrait elle aussi que le Canada montre « plus de compassion en temps de crise ». Selon elle, l'option militaire en Syrie est inutile. Nous avons envoyé des troupes étrangères en Libye, en Afghanistan et en Irak, et ça n'a rien réglé. Au contraire, dit-elle, elles ont contribué au problème.

Natasha admet avoir un « penchant libéral, mais c'est le NPD qui m'impressionne le plus » depuis le début de la campagne électorale, ajoute-t-elle du même souffle. Elle dit remarquer un changement d'attitude semblable dans une circonscription torontoise où l'équipe orange n'a jamais eu de député.

Le PLC, victime collatérale du cours d'éducation sexuelle?

Des parents de la communauté pakistanaise boycottent l'école pour protester contre les nouveaux cours d'éducation sexuelle imposés par la province. Photo : Radio-Canada/Christian Noël

Une centaine d'enfants sont assis sous des abris de fortune dans un parc du nord de Toronto. Ils font la classe en plein air. Mais ici, il n'y a pas d'enseignants, seulement des parents. La communauté pakistanaise boycotte l'école pour protester contre les nouveaux cours d'éducation sexuelle imposés par la province.

« L'homosexualité et le port du condom sont des sujets inappropriés pour des élèves du primaire, se plaint Seenameen, une mère de quatre enfants. L'école ne devrait pas s'en mêler, c'est le rôle des parents. »

Plusieurs parents blâment le gouvernement provincial libéral de Kathleen Wynne d'avoir imposé de force ces changements apportés au cours d'éducation sexuelle. Et par association, ça fera aussi mal aux troupes de Justin Trudeau, prédit un autre parent, Masroor Shaiq.

« Je ne vais pas voter libéral cette fois-ci, c'est sûr », indique-t-il.

Le vent de ressentiment contre les libéraux « n'est pas limité à notre quartier et à la communauté pakistanaise », assure-t-il. « Les familles d'immigrants de toute la région sont en colère contre les libéraux, et ça va se faire sentir à Scarborough, à Mississauga et à Brampton », poursuit-il.

« ll y a 15 ans, les communautés culturelles votaient surtout libéral, rappelle pour sa part Tarik Hussain. Puis nous avons donné une chance à Stephen Harper. » Mais cette fois-ci, il prédit beaucoup de luttes à trois. « La politique, c'est comme la météo, ajoute Tarik, ça change tout le temps. »

Plus d'articles

Commentaires