Retour

« Le Bloc n'a plus sa place », estime un des membres fondateurs du parti

Alors que le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe se dit prêt à se lancer dans la campagne électorale, un des membres fondateurs du parti, Benoît Tremblay, ne voit plus l'utilité de voter pour le parti dans le contexte actuel. Pas à court terme, du moins.

Une entrevue de Jean-Philippe Robillard

« Un vote pour le Bloc, ce serait un vote pour les libéraux [...] ou pour les conservateurs », estime M. Tremblay, qui a représenté la circonscription de Rosemont aux Communes de 1988 à 1993, d'abord pour le Parti progressiste-conservateur (de 1988 à 1990), puis, après l'échec de l'accord du lac Meech, pour le Bloc québécois (de 1990 à 1997).

« Le risque de maintenir [le Bloc québécois], selon lui, c'est d'avoir une diminution considérable des sièges du NPD. C'est le risque de ne pas avoir de changement de gouvernement à Ottawa. »

« Je sais qu'il va y avoir des gens qui vont [voter pour] le Bloc québécois, poursuit-il. C'est sans doute une bonne chose qu'il existe encore. Mais je dis que voter massivement pour le Bloc québécois, c'est pas ce à quoi je m'attends pour les prochaines élections. Et même, ce n'est pas ce que je souhaite. »

Pourquoi? « Parce qu'il faut un changement de gouvernement à Ottawa. » C'est sa conviction, dit-il.

Plus d'articles

Commentaires