Le Bulletin des agriculteurs, qui fête son centième anniversaire en ce 2 février 2018, compte parmi ses journalistes la romancière Gabrielle Roy.

Un texte de Sylviane Lanthier

L’auteure originaire de Saint-Boniface a contribué au Bulletin des agriculteurs dans les années 1940, rappelle son éditeur et rédacteur en chef actuel, Yvon Therien en entrevue avec ICI Radio-Canada Manitoba.

« Elle a débuté en 1939 comme reporter. Elle se promenait dans différentes régions et parlait de ce qu’elle découvrait. » Yvon Therien précise que Gabrielle Roy, à la même époque, rédigeait ce qui allait devenir Bonheur d’occasion, roman qui l’a rendue célèbre. Les rencontres qu’elle a faites dans les régions québécoises ont pu lui servir d’inspiration, dit-il, « mais ce qui l’a beaucoup aidée, et elle l’a admis dans une entrevue par la suite, c’est que son travail au Bulletin lui a permis d’avoir les revenus dont elle avait besoin pour vivre pendant qu’elle écrivait son roman ».

Le Bulletin des agriculteurs est lui-même né en 1918 alors que la Société coopérative agricole des fromagers, installée à Montréal, veut se doter d’un outil pour promouvoir la coopération et l’agriculture.

Victime de son succès, le Bulletin compte rapidement 8000 abonnés et la charge de travail devient trop lourde pour la coopérative. « La coop s’en départit parce que c’était devenu beaucoup d’ouvrage », raconte Yvon Therien. Le rédacteur en chef de l’époque, Joseph-Noé Ponton, en devient le propriétaire. Le Bulletin est alors un hebdomadaire.

« Le rédacteur en chef des années 1920 était très progressiste, son but était d’aider les producteurs à améliorer leurs revenus. Dans ses écrits, il les a incités à se réunir et former une association devenue l’Union catholique des cultivateurs, qui est aujourd’hui l’Union des producteurs agricoles », rappelle l’éditeur, ajoutant que le Bulletin a ainsi joué un rôle important dans la mise sur pied du principal syndicat des fermiers québécois.

La publication présentait également les avantages des nouvelles technologies aux producteurs agricoles. « ll y a eu des articles sur l’utilité du tracteur. Les fermiers de l’époque pensaient que les tracteurs ne pourraient jamais remplacer les chevaux parce que,en hiver, ça ne pourrait pas marcher », raconte-t-il.

Ce désir d’informer les producteurs agricoles au sujet des développements et des enjeux qui peuvent transformer leur métier est encore au centre de la mission du Bulletin, précise Yvon Therien.

« Nous voulons continuer à jouer notre rôle, transmettre le savoir et l’innovation pour faire prospérer les entreprises agricoles. Le Bulletin veut se concentrer sur les nouveaux enjeux et ceux de demain,comme le bien-être animal, l’utilisation des antibiotiques dans l’élevage, les cultures OGM et toute la robotique qui s’en vient. »

Outre Gabrielle Roy, le Bulletin des agriculteurs a ouvert ses pages à Claude-Henri Grignon, auteurs des Belles histoires de pays d'en haut. Albert Chartier y a créé le célèbre personnage d'Onésime, une bande dessinée publiée dans le Bulletin pendant près de 60 ans. On peut lire les textes de Gabrielle Roy publiés dans le Bulletin sur le site web de la Maison Gabrielle Roy.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 faits que vous ignoriez sur les rêves





Rabais de la semaine