Retour

Le Canada affiche l'un des taux de consommation d'opioïdes parmi les plus élevés au monde

Le Canada affiche l'un des taux de consommation d'opioïdes par habitant parmi les plus élevés au monde, selon un rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).

En 2015, les régimes publics d'assurance médicaments de toutes les provinces, à l'exception du Québec, ont dépensé 211,8 millions de dollars pour l'achat d'alcaloïdes naturels de l'opium, des médicaments comme la morphine et la codéine qui servent à gérer la douleur. Plus de 135 millions de dollars ont été consacrés à des médicaments utilisés contre la dépendance aux opioïdes, comme la méthadone, au cours de la même période.

« Cette distribution importante d’opioïdes coûte non seulement cher aux systèmes de santé, mais elle représente aussi un risque pour la santé et la sécurité publique en raison des risques de préjudices associés aux opioïdes », soulignent les auteurs du rapport.

C'est en Colombie-Britannique que l'on dénote le taux d'utilisation le plus élevé d'alcaloïdes naturels de l’opium : la province a déboursé plus de 27,3 millions de dollars pour 440 872 utilisateurs actifs.

Léger recul des dépenses globales en santé

L'ICIS note que les dépenses de santé par habitant, soit pour les hôpitaux, les médicaments et les médecins, diminuent de 0,1 % par année en moyenne depuis 2010. « Cette tendance témoigne principalement de la faible croissance économique et du contexte de compression budgétaire du Canada, entraînés par les efforts déployés par les gouvernements pour rétablir l’équilibre budgétaire », affirment les auteurs du rapport, ajoutant que le taux actuel est comparable à celui du milieu des années 1990.

En 2016, Terre-Neuve-et-Labrador est la province qui aura dépensé le plus par habitant, suivi de près par le Manitoba. C'est le Québec qui arrive en queue de peloton avec 5822 $ par habitant, soit 477 $ de moins que la moyenne nationale.

Médicaments prescrits : bond de 9,2 %

Les auteurs du rapport notent que, malgré une croissance lente des dépenses globales en santé, les dépenses des régimes publics d'assurance médicaments ont augmenté de 9,2 % de 2014 à 2015.

Selon les auteurs, cette hausse est « largement attribuable à l’augmentation des dépenses pour des médicaments coûteux, comme les médicaments biologiques (anti-TNF et antinéovascularisation) et les médicaments contre l’hépatite C ».

L'ICIS souligne toutefois que la majorité des dépenses en médicaments du secteur public sont attribuables « à un nombre relativement restreint de bénéficiaires » : 67,3 % de la valeur totale des remboursements de médicaments avait été octroyée à 13,9 % des bénéficiaires. La majorité des bénéficiaires (51,8 %) ont dépensé moins de 500 $ en médicaments.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine