Retour

Le Canada conserve son trône au Championnat du monde

L'équipe canadienne a mis le grappin sur la médaille d'or au Championnat du monde de hockey pour une deuxième année de suite, dimanche.

Le Canada a pris la mesure de la Finlande, invaincue en neuf rencontres avant la finale, par une marque de 2-0 à Moscou, en Russie.

Deux joueurs des Oilers d'Edmonton ont été des rouages importants de la conquête canadienne. L'attaquant Connor McDavid, nommé joueur du match, a inscrit le but victorieux, tandis que le gardien Cam Talbot, lui, a signé un jeu blanc de 16 arrêts.

Le portier ontarien a ainsi enregistré son quatrième blanchissage de la compétition.

À l'autre bout de la patinoire, Mikko Koskinen a réalisé de l'excellent travail devant son filet. Il a repoussé 31 lancers sur une possibilité de 32, mais n'a pu bénéficier d'un apport soutenu de son attaque.

Matt Duchene, qui a préparé la réussite de McDavid, a marqué l'autre filet du Canada dans une cage abandonnée.

Le Finlandais Patrick Laine, auteur de 12 points, dont 7 buts, en 10 affrontements s'est vu attribuer le titre de joueur le plus utile à sa nation.

Laine devrait entendre son nom plus tôt que tard au repêchage 2016 de la Ligue nationale (LNH). Le principal intéressé est classé au 2e rang des espoirs selon le dernier palmarès établi par la centrale de recrutement de la LNH.

Auston Matthews, des États-Unis, trône en tête du classement.

Les Scandinaves tentaient de devenir le premier pays à remporter le Championnat du monde senior, le Championnat du monde des moins de 18 ans et le Championnat des moins de 20 ans au cours de la même année.

La Russie en bronze

La Russie a sauvé la mise devant ses supporteurs en remportant la médaille de bronze des mondiaux de hockey, grâce à une victoire de 7-2 sur les États-Unis.

Les Russes ont bien contrôlé la rencontre, prenant une avance de 4-0 en deuxième période.

L'attaquant Sergei Mozyakin a marqué deux buts, tandis que le capitaine Pavel Datsyuk a obtenu trois passes.

Les États-Unis ont tiré 30 fois sur le gardien russe Sergei Bobrovsky, qui a fait les arrêts clés pour ne pas que les Américains reviennent dans le match.

C'est la troisième fois en quatre ans que les États-Unis terminent au 4e rang.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine