Retour

Le Canada contribuera à l’opération de maintien de la paix au Mali

Selon des sources gouvernementales, le Canada annoncera lundi une contribution à l'opération de maintien de la paix de l'Organisation des Nations unies (ONU) au Mali.

Le Canada y déploiera des Casques bleus avant l'automne. D’après nos informations, il fournira des hélicoptères et le nombre de femmes dans les opérations sera augmenté.

Le déploiement fait suite à une demande directe de l’ONU. Les détails entourant le nombre exact d’appareils et de militaires restent encore à être déterminés, mais l’ONU aurait reçu un avis officiel de la participation du Canada.

Les hélicoptères remplaceraient vraisemblablement un contingent allemand qui effectue des missions de transport et d’évacuation sanitaire au Mali.

Le premier ministre Justin Trudeau, en vacances en Floride, s’est d’ailleurs entretenu par téléphone vendredi avec la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre des Pays-Bas, Mark Rutte.

Les deux pays avaient fait pression sur le Canada dans les coulisses de l’ONU pour que le pays prenne cet engagement.

Il est probable que l’Aviation royale du Canada déploie au Mali ses CH-146 Griffons, qui ont été modifiés pour transporter des mitrailleuses, ainsi que ses hélicoptères de transport CH-147-F Chinook.

Les Allemands et les Néerlandais avaient tous deux des hélicoptères armés et de transport au Mali lors de leur mission respective avec l'ONU.

Promesse de réintégrer les missions de paix

Ce déploiement, s’il a bel et bien lieu, sera la première grande mesure du gouvernement libéral dans sa promesse de ramener les militaires canadiens dans les missions de maintien de la paix de l’ONU.

L’automne dernier, au Sommet de Vancouver, M. Trudeau avait offert 200 militaires et des aéronefs à l’ONU en appui aux opérations de maintien de la paix de l’Organisation. On ne savait cependant pas où allaient se dérouler ces opérations au moment de l’annonce.

Le gouvernement libéral avait pourtant promis à l'été 2017 de mettre à la disposition de l'ONU jusqu’à 600 soldats et 150 policiers pour ses missions de maintien de la paix.

L’annonce faite au Sommet de Vancouver en avait d’ailleurs laissé plusieurs sur leur appétit.

Pour Walter Dorn, professeur au département des Études de la défense du Collège militaire royal du Canada, il était grand temps qu’une décision soit prise.

« Cela a pris beaucoup trop de temps. Je pense que le cabinet hésitait et retardait sa décision. Cela dit, je suis heureux que le gouvernement engage des troupes, mais nous devons encore voir à quelle vitesse elles seront déployées », a-t-il commenté.

Retour en Afrique pour le Canada

Le déploiement au Mali marque également le retour en Afrique de troupes canadiennes qui, selon M. Trudeau, ont une histoire trouble sur ce continent, faisant référence aux missions en Somalie et au Rwanda.

Depuis la mise en place de la mission en 2013, l’ONU a demandé l’aide du Canada à maintes reprises au Mali. Il s’agit de la mission de maintien de la paix la plus meurtrière qui soit.

Le nouveau déploiement canadien survient cependant au moment où l’ONU planifie une restructuration de sa mission.

« Ce sera moins dangereux, beaucoup moins dangereux que l’Afghanistan, a déclaré M. Dorn. Mais ce sera tout de même dangereux et nous ne devrions pas exclure les décès. »

Toujours selon les sources gouvernementales, le Canada aurait reçu l’engagement que le personnel navigant et les troupes canadiennes feront l’objet d’une rotation après 12 mois.

Il s’agissait de l’une des principales préoccupations du gouvernement et de l’armée puisque les pays qui participent à des missions de maintien de la paix sont parfois bloqués sur place, faute de pays souhaitant assurer la relève.

Plus d'articles