Retour

Le Canada plaide en faveur d’une mission des Nations unies en Ukraine

Le gouvernement canadien multiplie les pourparlers diplomatiques pour mettre en place une mission de la paix des Nations unies en Ukraine.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, confirme que des discussions ont eu lieu à cet effet avec plusieurs pays pour explorer « la faisabilité et les perspectives » d’une telle opération dans la région touchée par le conflit opposant Kiev et Moscou.

Elle soutient avoir rencontré « personnellement » le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson, et le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Le premier ministre Justin Trudeau aurait quant à lui évoqué ce dossier avec la chancelière allemande Angela Merkel, selon la ministre.

En conférence téléphonique depuis Bruxelles, le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a toutefois souligné que la mise sur pied d’une mission onusienne est loin d’être assurée, puisqu’elle doit être approuvée par le Conseil de sécurité des Nations unies, où la Russie a un droit de veto.

Moscou a déposé dernièrement un projet de résolution qui prévoit le déploiement de forces de maintien de la paix dans l’est de l’Ukraine, mais le gouvernement canadien est en désaccord avec cette proposition.

Un plan attendu

Le gouvernement libéral a promis en août 2016 d’investir 450 millions de dollars sur trois ans et de déployer jusqu’à 600 soldats et 150 policiers dans des missions de paix. Or, cette promesse tarde à se matérialiser.

Une annonce devrait être faite lors d’une réunion des ministres de la Défense qui se tiendra à Vancouver les 14 et 15 novembre prochains.

« Nous voulons faire les choses de façon responsable, insiste M. Sajjan. Nous voulons avoir un plus grand impact aux Nations unies en tant que tel, pas seulement dans une mission en particulier. »

Le chef conservateur Andrew Scheer accuse le gouvernement Trudeau de ne pas répondre « à l’agression russe » avec des « mesures significatives ».

Dans un communiqué, il ajoute que le Canada avait « fermement soutenu la population de l'Ukraine quand son intégrité territoriale a été menacée, il y a plus de trois ans » et que « le devoir de soutenir et de protéger les peuples libres et souverains ne diminue pas avec le temps ».

Le conflit en Ukraine a éclaté au printemps 2014, lorsque la Russie a procédé à l’annexion de la Crimée. De nombreux pays, dont le Canada, ont adopté des sanctions contre Moscou pour condamner cette décision.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine