Retour

Le Canada riche, mais inégalitaire pour les enfants, selon l'UNICEF

Le Canada est l'une des sociétés riches les plus inégalitaires pour les enfants, affirme le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), à l'occasion de la publication de nouveau rapport comparant leur situation dans les grands pays occidentaux.

Le Bilan Innocenti 13 : Équité pour les enfants classe le Canada au 26e rang sur 35 pays dans les quatre principaux domaines utilisés pour comparer le bien-être des enfants, soit le revenu, l'éducation, la santé et la satisfaction à l'égard de la vie.

Le rapport de l'agence onusienne mesure les inégalités entre les enfants qui se situent au bas de l'échelle dans ces différents domaines comparativement à leurs pairs qui se trouvent au milieu. L'UNICEF considère que la réduction de ces écarts est un élément-clé pour améliorer le bien-être général des enfants.

Dans ce classement des inégalités, le Canada vient au 24e rang sur 41 pays en matière de revenu, 24e sur 35 en santé, 14e sur 37 en éducation et 25e sur 35 pour la satisfaction des enfants à l'égard de la vie. Le nombre de pays pris en compte varie en fonction de la disponibilité des données permettant de les classer.

Selon l'UNICEF, le Canada compte en fait « parmi les quelques pays où l'égalité a nettement reculé au cours des dernières années », aux côtés de la France, de l'Islande et de la Suède. Les dividendes n'ont pas été répartis équitablement, dit-elle, et « peu de progrès, voire aucun, » a été réalisé depuis 10 ans.

L'agence note tout de même que pour certains aspects du bien-être, le Canada « ne se situe pas très loin des pays qui affichent le meilleur rendement ».

L'UNICEF recommande aux différents paliers gouvernementaux d'investir plus tôt et davantage dans les enfants, d'œuvrer à récolter de meilleures données afin d'effectuer un meilleur suivi, et de mettre en place des politiques favorisant des services et des résultats équitables pour tous les enfants.

Le président et chef de la direction d'UNICEF Canada, David Morley, souligne d'ailleurs que différents engagements pris par le gouvernement Trudeau constituent « d'importantes mesures pour faire face à ces inégalités à un moment crucial ».

Il cite notamment la nouvelle prestation canadienne pour enfants, la mise en œuvre d'une stratégie nationale à la petite enfance, l'engagement envers un congé parental pus flexible, et l'engagement à limiter la commercialisation de boissons et d'aliments malsains pour les enfants.

En entrevue à ICI RDI, la directrice adjointe des politiques et programmes internationaux à UNICEF Canada, Carleen McGuinty, a invité la population à accueillir le rapport comme une « occasion d'améliorer la vie des enfants au Canada ».

« On n'a pas investi autant que les autres pays riches pour stimuler les revenus familiaux, pour offrir suffisamment de services à l'enfance de qualité », souligne-t-elle.

« On a besoin d'investir dès le début pour les enfants qui sont au bas de l'échelle. Parce que les inégalités s'accumulent [pendant] leur vie. Si on investit dès le début, ça va être mieux pour les enfants en général. »

Mme McGuinty ajoute que la crise qui secoue la communauté autochtone d'Attawapiskat « montre à quel point, en tant que société, on permet tellement que certains enfants soient laissés pour compte que cela a des conséquences désastreuses. »

« Les enfants autochtones sont seulement 4 % de la population canadienne des enfants, mais ils sont parmi les plus vulnérables », observe-t-elle. « Mais il y en a tellement d'autres à travers le pays qui sont vulnérables aussi. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine