Retour

Le cannabis officiellement légal le 17 octobre au Canada

L'usage de la marijuana à des fins récréatives sera permis le 17 octobre prochain au Canada, a annoncé mercredi le premier ministre Justin Trudeau, lors d'une intervention à la Chambre des communes.

« Le 17 octobre sera l’entrée en vigueur, et on le fait parce que trois de nos grandes provinces, incluant le Québec, nous ont demandé un peu plus de temps. Je sais que c’est important de faire comme il faut, alors on donne au Québec plus de temps pour le faire », a dit M. Trudeau en Chambre.

Le Québec interdit la culture du cannabis à domicile, alors que la loi fédérale permet de faire pousser jusqu'à quatre plants chez soi.

Mercredi matin, la ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a martelé, comme elle l'a fait à maintes reprises dans les derniers mois, qu'il n'était pas dans les plans d'Ottawa de contester la loi du Québec.

À ses côtés, la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a encouragé les Canadiens « à se renseigner sur ce qui sera légal ou non dans la province où ils résident ».

Elle a cependant été floue lorsqu'est venu le temps de dire à quelle loi les Québécois devront se plier en ce qui a trait à la culture à domicile.

« Il y a une loi qui a été dûment adoptée au Québec, et c'est la loi de la province, a-t-elle dit. Si les individus ne sont pas en accord avec cette loi, alors ils peuvent contester cette loi. »

« C'est la loi du Québec qui prévaut »

Au Québec, le ministre responsable des Relations canadiennes, Jean-Marc Fournier, a jugé « décevant » ce « son ambigu qui sème la confusion » en provenance d'Ottawa, lequel incitera potentiellement des Québécois à enfreindre la loi.

La ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, a pour sa part réagi au point de presse qui venait de se terminer à Ottawa.

La ministre a ensuite précisé que le gouvernement québécois n'avait pas l'intention d'amorcer une contestation judiciaire de la loi fédérale.

« C'est le citoyen qui va initier. C'est le citoyen qui est impacté [sic] en ce moment par le flou que laisse le fédéral », s'est-elle désolée. « Quiconque fait pousser un, ou deux, ou trois ou quatre [plants] et voudrait prétendre que M. Trudeau le lui a permis, malheureusement, la cour de justice va déclarer que la loi était zéro au Québec, et que d'avoir suivi l'opinion de M. Trudeau n'était pas la bonne idée », a déclaré Jean-Marc Fournier.

L'ancienne loi tient toujours, les condamnations aussi

En fin de journée, le premier ministre Trudeau a répondu à différentes questions de la presse, notamment sur le sort des personnes condamnées par la justice dans des causes reliées au cannabis. Obtiendront-elles le pardon ou non?

« À partir de l’entrée en vigueur, nous allons commencer à regarder la question des pardons et des [dossiers] criminels, mais jusqu’à ce que la loi soit changée, c’est illogique de vouloir parler de pardon quand la loi actuelle existe encore », a offert Justin Trudeau.

Le Sénat canadien a adopté mardi soir le projet de loi C-45, mettant ainsi fin à un combat législatif avec la Chambre des communes qui portait notamment sur la question de la culture à domicile.

La loi C-45 recevra la sanction royale de la gouverneure générale, Julie Payette, jeudi matin.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les piscines d'hôtel les plus spectaculaires





Rabais de la semaine