Retour

Le Cirque du Soleil réduit son aide au quartier Saint-Michel

Le Cirque du Soleil n'est plus le même depuis son rachat et ses difficultés financières des dernières années. Les organismes communautaires de Saint-Michel s'inquiètent. Ils constatent une diminution de la participation de l'entreprise dans un quartier qui en a grandement besoin.

Une enquête de Thomas Gerbet

« Je ne fais plus de demandes de dons, ça ne sert à rien », se désole Simon Ambeault, le directeur général du Carrefour populaire, un centre communautaire qui intervient auprès d'adultes de Saint-Michel. Depuis environ un an, ses démarches de financement auprès du siège social voisin sont systématiquement refusées.

Dans le passé, il recevait pourtant des chèques, même des petits montants, qui faisaient toute la différence. « Il y a trois ans, le Cirque nous avait aidés à racheter une camionnette », raconte-t-il. L'entreprise avait même prêté son chef cuisinier pour un souper spaghetti. 

L'automne dernier, le Cirque du Soleil n'a pas participé au Forum de développement économique avec les autres entreprises de Saint-Michel. Depuis quelques mois, la compagnie fondée par Guy Laliberté ne fait plus partie des tables de concertation afin de se tenir informée des projets. Elle avait pourtant l'habitude de s'engager partout, de la persévérance scolaire à l'aide aux plus pauvres en passant par les saines habitudes de vie. 

Ironiquement, il y a 20 ans, le Cirque du Soleil a choisi de s'établir dans Saint-Michel, sur le site d'un ancien dépotoir, pour justement donner un coup de pouce au quartier. La mission de la compagnie affichée sur son site web indique encore que l'entreprise « aspire à se positionner dans la communauté en tant qu'acteur responsable de changement. »

L'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension a été informé récemment que le Cirque du Soleil ne financera plus, après 2017, le programme Parcours scène qui permettait d'accompagner de jeunes artistes du quartier. « C'est très regrettable et préoccupant », dit le conseiller municipal Frantz Benjamin qui appelle au maintien de l'engagement social de la compagnie. « Ce n'est pas le moment de laisser tomber le quartier ».

La présidente du regroupement Vivre Saint-Michel en santé, qui fédère les organismes communautaires avec des citoyens, des regroupements et des entreprises engagées, parle du Cirque du Soleil au passé. « C'était un partenaire important », dit Marjorie Villefranche, qui dirige aussi la Maison d'Haïti. 

« Toutes les personnes avec qui on était en contact ne sont plus là. On est un peu dans le brouillard. », raconte-t-elle. Les deux derniers représentants du Cirque auprès des organismes communautaires ont été mis à pied. Selon nos sources, « l'équipe citoyenneté », chargée du volet social de l'entreprise, ne compte plus qu'une douzaine d'employés alors qu'ils étaient plus de 40, il y a un an. 

Plusieurs centaines d'employés du Cirque ont été mis à pied ces dernières années à Montréal et dans le monde. Le siège social compte aujourd'hui 1400 permanents. L'an dernier, un fonds d'investissement américain et un autre chinois ont acheté respectivement 60 % et 20 % des parts du Cirque du Soleil. Selon nos informations, les nouveaux propriétaires imposent une rentabilité à tout prix. Un changement qui s'est traduit par plusieurs départs récents au sein de la direction

« Depuis leurs difficultés financières, ils ne donnent plus de billets gratuits de spectacles aux jeunes de la communauté », s'attriste Marjorie Villefranche. « Les gens [de Saint-Michel] n'ont pas les moyens, c'était comme donner du rêve. »

Un engagement dans les écoles réévalué

Le Cirque du Soleil n'apparaît plus parmi les contributeurs financiers du programme Classes affaires qui offre des stages en immersion professionnelle à des élèves du secondaire. En revanche, l'entreprise maintient pour le moment son programme très populaire Arts nomades qui permet à des centaines d'enfants d'écoles primaires de Saint-Michel de recevoir un enseignement des arts du cirque par des artistes.

Selon nos informations, la nouvelle direction aurait émis des doutes sur l'utilisation des artistes professionnels à cette fin et souhaiterait que la formation puisse être donnée par les enseignants eux-mêmes. En 2014-2015, pour la première fois en dix ans, le Cirque du Soleil a demandé à la Commission scolaire de Montréal de participer financièrement au programme, à hauteur de 30 000 $. Mais cette année, la CSDM n'a plus les moyens de payer. Le Cirque assure vouloir tout faire pour maintenir et même étendre le programme. Une rencontre avec les directions d'écoles est prévue le mois prochain.

Le Cirque du Soleil s'explique

La compagnie nie avoir diminué sa présence dans la communauté, sans pouvoir avancer de preuve : « Je ne vais pas tomber dans les chiffres, parce que je n'ai pas à tomber dans les chiffres, mais je vous confirme que le Cirque est d'une générosité enviable », dit Agathe Alie, directrice principale, relations avec les communautés au Cirque du Soleil.

Elle reconnaît toutefois que l'entreprise a changé sa façon de faire. « Est-ce qu'on s'est retiré de certains trucs? Oui, fort probablement ». Elle explique que le Cirque du Soleil distribue moins de chèques à gauche et à droite et s'efforce de cibler ce qui fonctionne : « il y a des points d'intérêt établis ». 

« Peut-être qu'on est moins présents à certaines tables, mais n'en demeure pas moins qu'on va être présents ailleurs ». Agathe Alie tient à mentionner que le soutien financier est maintenu aux Magasins-Partage qui permettent de fournir des repas et des fournitures scolaires à plus de 700 familles du quartier Saint-Michel.

La directrice affirme que si l'équipe chargée des initiatives sociales a été réduite, ce n'est pas à cause des compressions. « Elle a pris de l'expérience et les programmes ont pris de la maturité », indique-t-elle au micro. Pourquoi alors effectuer des changements? « C'est le tissu social qui change, c'est l'ensemble de l'écosystème qui évolue », répond Agathe Alie. « Nos partenaires ont évolué, leurs demandes ne sont plus les mêmes ».

La représentante du Cirque du Soleil a tenu à préciser que l'engagement du Cirque ne se réduit pas au quartier Saint-Michel, mais à toutes les communautés où il s'implante dans le monde. Ainsi, le programme Arts nomades sera bientôt offert dans des écoles primaires de Las Vegas.

Plus d'articles

Commentaires