Retour

Le climat causera 150 000 morts par an en Europe d’ici 2100, selon une étude

Les bouleversements climatiques pourraient causer la mort de près de 152 000 personnes par année en Europe d'ici la fin du siècle, soutient une étude.

Selon les résultats de cette recherche publiée samedi dans la revue The Lancet Planetary Health, deux tiers des Européens pourraient être exposés à des catastrophes comme des vagues de chaleur, des inondations et des tempêtes d’ici 2100, alors que le taux était de 5 % pour la période allant de 1981 et 2010.

« Si le réchauffement climatique n'est pas contenu d'urgence et si des mesures d'adaptation appropriées ne sont pas prises, environ 350 millions d'Européens pourraient être exposés tous les ans à des phénomènes climatiques extrêmes dangereux d'ici à la fin du siècle », s’alarment les chercheurs du Centre commun de recherche de la Commission européenne.

Les scientifiques ont basé leurs travaux sur les effets des sept catastrophes météorologiques les plus meurtrières à s'être abattues sur les 28 pays de l’Union européenne, la Suisse, la Norvège et l’Islande entre 1981 et 2010.

Quelque 2300 catastrophes survenues pendant la période étudiée ont aussi fait l’objet d’analyse par les scientifiques européens, qui cherchaient à évaluer le niveau de vulnérabilité des populations devant chacun des phénomènes naturels.

Les données obtenues ont servi à des projections tenant compte de l’évolution des changements climatiques, la croissance démographique et les migrations des populations.

Environ 99 % des décès qui surviendront lors d'événements météorologiques extrêmes seront causés par les vagues de chaleur, selon les prévisions des chercheurs, passant de 2700 à 151 500 par an.

Les autres catastrophes, comme les incendies, les inondations fluviales et les tempêtes, vont connaître une augmentation, mais de moindre envergure.

Les chercheurs soulignent que cette augmentation présagée du nombre de morts sera due essentiellement au réchauffement climatique (90 %), alors que la démographie, l’urbanisation et les migrations dans des zones à risques seront responsables de 10 % des décès.

L’Europe du Sud reste la région la plus vulnérable. Elle pourrait enregistrer 700 morts par million de personnes chaque année à la fin du siècle.

Les scientifiques ont pris en considération dans leurs travaux les émissions de gaz à effet de serre avec une hausse de température mondiale de 3 degrés Celsius d'ici à 2100 par rapport à 1990.

L’Accord de Paris sur le climat prévoit de limiter le réchauffement climatique à une cible de 2 % par rapport à son niveau de la période préindustrielle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine