Retour

Le COC part en guerre contre le harcèlement sexuel

À la sortie d'un lac-à-l'épaule tenu ce week-end à Regina, la présidente du Comité olympique canadien (COC), Tricia Smith, a annoncé dimanche un resserrement des règles et de la gestion interne en matière de harcèlement.

Cette décision survient six jours après la démission de Jean-Luc Brassard de son poste de chef de mission de la délégation canadienne aux Jeux d'été de Rio. 

Disant prendre au sérieux le contenu du rapport Tomlinson sur les manquements du COC au chapitre des ressources humaines, Mme Smith a laissé entendre que des progrès importants avaient été réalisés au cours des six derniers mois, soit depuis la démission de son prédécesseur Marcel Aubut dans la foulée d'une plainte de harcèlement sexuel déposée contre lui. 

« Il n'est jamais facile d'apporter des changements bénéfiques et permanents. Il faut du temps », a indiqué la présidente en faisant lecture d'un communiqué soigneusement rédigé.

« D'importantes décisions ont été prises. Au cours du week-end, notre conseil d'administration a adopté la mise en application d'une nouvelle politique et de nouvelles procédures en matière d'éthique, de discrimination, de harcèlement et de dénonciation sous le couvert de l'anonymat. » 

Un programme de sensibilisation au harcèlement est déjà en vigueur pour que tous les employés du COC puissent reconnaître ces comportements et sachent comment y réagir.  

« Nous ne pouvons réécrire le passé, mais nous pouvons protéger l'avenir », a déclaré la présidente, tout en reconnaissant la responsabilité du COC dans l'affaire Aubut. 

Mme Smith est convaincue que les nouvelles mesures feront de l'institution qu'elle dirige un lieu de travail sain et sécuritaire pour tous. 

Julie Payette sur le conseil d'administration

Afin d'atteindre ses objectifs, le COC a ajouté de nouveaux membres à son conseil d'administration, dont les Québécoises Guylaine Bernier et Julie Payette.

Bernier, une ancienne athlète olympique d'aviron, possède plus de 30 ans d'expérience en ressources humaines à Hydro-Québec.

L'ex-astronaute Julie Payette n'a plus besoin de présentation, mais il est moins connu qu'elle agit à titre de conseillère stratégique auprès du gouvernement fédéral.

Elle siège déjà au conseil d'administration d'À nous le podium, de la Banque Nationale du Canada et de la Société du Vieux-Port de Montréal.

S'ajoutent également Peter Lawless et l'avocat David Deblieger avec leurs expertises gouvernementales, de même que l'homme d'affaires Chris Clark, pour ses connaissances en matière de gestion financière.

La présidente du COC a également annoncé l'embauche d'une nouvelle secrétaire générale. Il s'agit de Robin Bruner, qui a notamment été vice-présidente générale de Maple Leaf Sports & Entertainment. Elle a le mandat de procéder à une révision complète de la gouvernance du COC. 

Le COC compte également sur une nouvelle responsable des ressources humaines.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine