Retour

Le Collège des médecins dit non aux chirurgies esthétiques gratuites pour influenceurs

Quelques semaines après la publication d'un reportage du module Rad de Radio-Canada, le Collège des médecins prend position contre les chirurgies esthétiques offertes gracieusement par certains cabinets à des youtubeurs en échange de visibilité.

« (…) le fait d’offrir des soins médicaux gratuitement à ces influenceurs en échange d’une visibilité est un avantage qui est proscrit, et ce, dans tous les domaines de la médecine », écrit le Collège dans un communiqué rédigé par sa Direction des enquêtes.

Dans un reportage publié le 24 octobre, Rad faisait la lumière sur ce phénomène qui suscite de nombreuses questions éthiques. Sur les réseaux sociaux, qu’il s’agisse d’Instagram, de Snapchat ou de YouTube, il n’est plus rare de voir de jeunes vedettes du web se soumettre à des augmentations mammaires ou des injections aux lèvres, entre autres, tout en décrivant leur démarche et leurs émotions.

Le reportage présentait notamment le cas du docteur Mario Luc, un chirurgien esthétique de Laval qui a offert une augmentation mammaire à la youtubeuse Camille Ingels Fortier (Cam Grande Brune). Toute la démarche, incluant les réflexions précédant l’opération, mais aussi l’intervention en tant que telle, et le suivi postopératoire, a fait l’objet d’une série d’au moins quatre vidéos.

« (…) le médecin doit s’abstenir d’accorder, dans l’exercice de sa profession, tout avantage, commission ou ristourne à quelque personne que ce soit », précise le Collège des médecins, en citant l’article 73 de son propre code de déontologie.

Le Collège note également que l’audience cible des youtubeurs et autres diffuseurs de contenus sur les réseaux sociaux, aussi appelés « influenceurs » lorsqu’ils possèdent un très grand nombre d’abonnés, est relativement jeune, ce qui est problématique.

« En utilisant cette forme de marketing, le médecin s’expose également à permettre que soit faite de la publicité destinée à des personnes vulnérables, soit des adolescents », affirme le Collège, en mentionnant cette fois l’article 93 de son Code de déontologie.

« Le Collège invite les médecins à faire preuve d’une grande prudence face à l’émergence de ce marketing d’influence, de même qu’à s’assurer de respecter les règles inhérentes au secret professionnel », conclut le communiqué.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine