Retour

Le Conseil de l'Arctique, un bon endroit pour collaborer avec la Russie?

L'ambassadeur des États-Unis au Canada croit que le Conseil de l'Arctique est un excellent cadre pour discuter avec la Russie, et ce, en dépit du différend entre Moscou et l'Occident au sujet de l'Ukraine.

En entrevue avec La Presse Canadienne, Bruce Heyman a déclaré que des progrès importants pouvaient être réalisés en raison de l'engagement des huit nations membres du Conseil à traiter de problèmes variés, notamment en matière de protection de l'environnement et de sécurité maritime.

Les États-Unis ont succédé au Canada à la présidence du Conseil de l'Arctique l'an dernier et M. Heyman doit entreprendre dimanche une tournée diplomatique de neuf jours dans la région qui l'amènera à visiter plus d'une dizaine de localités en compagnie d'autres ambassadeurs en poste à Ottawa.

Ce voyage survient quelques semaines après une rencontre entre le premier ministre Justin Trudeau et le président américain, Barack Obama, à la Maison-Blanche durant laquelle les deux leaders ont affirmé leur souhait d'établir une collaboration entre leurs pays respectifs sur le plan environnemental en Arctique.

Le gouvernement libéral de M. Trudeau a été critiqué par l'opposition conservatrice pour son désir d'établir un dialogue diplomatique avec la Russie. Les conservateurs reprochent aux libéraux de manquer de loyauté envers l'Ukraine, qui fait l'objet d'une agression de la part des troupes russes dans l'est de son territoire depuis l'annexion unilatérale de la Crimée par Moscou en 2014.

Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a fait valoir que c'était dans l'intérêt du Canada de discuter avec la Russie, plus particulièrement en ce qui concerne l'Arctique, mais les conservateurs ont soutenu que cela équivalait à vouloir entrer dans les bonnes grâces du président russe, Vladimir Poutine.

Pour Bruce Heyman, le fait que son pays puisse parler directement avec la Russie à la table du Conseil de l'Arctique est « une bonne nouvelle ».

« Le Conseil de l'Arctique fournit un cadre à l'abri de l'influence des défis auxquels nous sommes confrontés à l'échelle mondiale », a-t-il expliqué lors d'une entrevue. « Nous poursuivons nos activités liées à la protection de l'Arctique et de l'environnement, à la sécurité maritime, aux interventions des forces de sécurité, bref, tout ce que nous avons à faire. Et nous le faisons ensemble ».

Plus d'articles

Commentaires