Retour

Le Coran profané par des élèves-officiers du Collège militaire de Saint-Jean

Un élève-officier du Collège militaire royal de Saint-Jean-sur-Richelieu a été expulsé et deux autres pourraient l'être pour avoir profané une édition du Coran. L'un d'entre eux s'est masturbé sur le livre sacré pendant qu'un autre filmait la scène, qui a ensuite été partagée sur les réseaux sociaux, selon ce qu'a appris Radio-Canada.

Un texte d'Alexandre Duval et Carl Marchand

L’événement s’est produit lors du long congé de Pâques dans un chalet de la Montérégie, à l'occasion d’une fête à laquelle participaient huit élèves-officiers.

À la suite de cette soirée, les jeunes hommes ont partagé la vidéo de profanation avec leurs collègues du Collège royal militaire, ce qui a mis la puce à l'oreille de leurs superviseurs.

L'un d’eux a été expulsé par les Forces armées canadiennes (FAC) et deux autres font face à des procédures qui pourraient mener à leur renvoi pour avoir participé activement à la profanation du Coran et filmé la scène.

Les cinq autres, qui ont été témoins de l’incident, s’en tirent avec des sanctions moins sévères.

« Si ça arrive à n'importe quel temps dans la carrière d'un individu, on va prendre les mêmes étapes, les mêmes actions pour s'assurer que ce soit bien clairement dit à tout le monde que ce n'est pas toléré », a commenté le lieutenant-général Chuck Lamarre, chef du personnel militaire des FAC.

Hassan Guillet consulté

Hassan Guillet, porte-parole du Conseil des imams du Québec, a été consulté par l'armée sur la façon de gérer la crise. S'il trouve que le geste commis est inacceptable, il parle d'« un mal pour un bien ».

« Imaginez-vous s'ils n'avaient pas fait cet acte horrible maintenant, on ne les aurait pas découverts. Ils auraient été dans l'armée pendant longtemps. Ils auraient [obtenu leur diplôme] et [seraient] peut-être même devenus des hauts gradés de l'armée avec une attitude raciste comme celle-là, de manque de respect, de manque de sensibilité envers la foi de leurs collègues. C'est grave », a-t-il affirmé.

L'imam croit que les FAC envoient le bon message en expulsant les trois profanateurs de ses rangs.

« J'ai toujours dit que la société québécoise et la société canadienne ne sont pas islamophobes ni xénophobes, mais il y a des éléments xénophobes, des éléments islamophobes qui sont dangereux, qui sont des pyromanes. Il faut les identifier, les isoler et protéger la société de leurs agissements », ajoute M. Guillet.

Tolérance zéro

Le ministre de la Défense, Harjit Singh Sajjan, n’était pas disponible pour accorder une entrevue. Dans une déclaration envoyée à Radio-Canada, il a prévenu qu’aucun geste allant à l’encontre de la diversité et de la tolérance religieuse ne serait toléré.

« Le comportement tenu par ces personnes est déplorable et va à l'encontre de l'éthique des Forces armées canadiennes », a indiqué le ministre.

M. Sajjan s’est dit « entièrement en faveur » des mesures prises par les autorités militaires à la suite de cet incident.

Avec la collaboration de Philippe-Vincent Foisy

Plus d'articles