Retour

Le corps humain aurait atteint son plein potentiel physique

Alors que les meilleurs athlètes s'affrontent lors des Jeux olympiques à Pyeongchang, en Corée du Sud, des équipes de scientifiques se questionnent afin de déterminer si le plein potentiel physique de l'humain a été atteint.

Une récente étude publiée dans la revue scientifique Frontiers in Physiology conclut qu’après plus de cent ans à repousser les limites de son corps, l’être humain, hommes et femmes confondus, aurait atteint un plateau.

Les chercheurs ont analysé les tendances historiques de trois indicateurs majeurs : les records mondiaux depuis le début du 20e siècle (performances physiologiques maximales), la taille adulte et la durée de vie maximale.

Ils ont remarqué qu'après 70 années passées à battre des records, les athlètes obtiennent à partir des années 1980 des moyennes plus basses.

Selon les chercheurs, les progrès énergétiques, technologiques, médicaux, politiques et sociaux du XXe siècle ont permis à l'humain de progresser rapidement.

« La société moderne a permis à notre espèce d’atteindre sa limite. Nous sommes la première génération à nous en apercevoir », écrit Jean-François Toussaint, coauteur de l’article et professeur de physiologie à l’Université Paris-Descartes.

Pour Stuart Phillips, professeur de kinésiologie à l’Université McMaster de Hamilton, en Ontario, cela ne veut pas dire pour autant que la fin des nouveaux records sportifs est arrivée.

« C’est beaucoup une question de chiffres, explique-t-il. Il faut avoir au moment propice les bons gènes, une bonne physionomie et une bonne préparation mentale. »

À son avis, des records pourront encore être battus, mais seulement par quelques millisecondes à la fois.

« En l'absence de modifications dans les règles (des compétitions sportives) ou des améliorations technologiques, les plateaux observés peuvent indiquer les limites supérieures potentielles de l'Homo sapiens. »

Maintenir ce sommet

Toujours selon cette étude, le principal défi qu’attend l’humanité n’est pas d’améliorer encore plus ses performances physiques ou son espérance de vie, mais plutôt de maintenir les hauts standards déjà établis, malgré des « contraintes environnementales grandissantes », comme les changements climatiques.

Par exemple, « la taille [moyenne] humaine a diminué lors de la dernière décennie dans certains pays d’Afrique, suggérant que certaines sociétés ne sont plus capables de fournir assez de nutriments essentiels pour leurs enfants et de les maintenir en santé », illustrent les chercheurs.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 faits que vous ignoriez sur les rêves





Rabais de la semaine