Retour

Le couple coupable d’avoir soigné son fils avec des remèdes naturels de retour en cour en juin

Collet et David Stephan, coupables de ne pas avoir fourni des soins adéquats en donnant des remèdes naturels à leur fils de 19 mois, mort d'une méningite bactérienne, retourneront en cour en juin pour connaître l'échéancier pour la détermination de leur peine.

Le couple reste en liberté jusqu'au 13 juin. La Couronne a demandé à ce que les passeports des parents soient confisqués, mais le juge a refusé la demande.

La peine maximale pour ne pas avoir fourni les choses nécessaires à l'existence, l'accusation dont ils devaient répondre, est de cinq ans de prison.

Selon Shannon Prithipaul, ancienne présidente de l'Association des avocats pour les procès criminels, le couple ne risque pas d'avoir une peine maximale.

« Ce n'est pas comme s'ils n'avaient pas nourri leur enfant ou s'ils s'étaient intentionnellement gardés d'utiliser des médicaments qui auraient pu sauver leur enfant », dit-elle.

Elle croit toutefois que ce jugement fera réfléchir les parents sur le fait d'adopter ou non certaines pratiques avec leurs enfants.

« C'est possible que certains parents vont commencer à remettre davantage en question certaines décisions quant à leurs enfants. Par exemple, si on veut avoir une naissance à la maison alors qu'il y a des indications que ce serait mieux de le faire dans un hôpital, est-ce qu'on va chercher un remède homéopathique si, à la fin peut-être, c'est une maladie beaucoup plus grave que ce qu'on pense. »

La procureure de la Couronne a d'ailleurs indiqué lors du procès que ce n'est pas l'amour des parents qui est remis en cause, mais plutôt le fait que parfois l'amour n'est pas suffisant, et que certaines normes doivent être mises en oeuvre quant à la santé des enfants.

Retour sur les évènements 

Lorsque leur garçon est tombé malade, les parents d'Ezekiel croyaient qu'il souffrait d'une laryngite.

Ils lui ont donné des remèdes naturels, notamment des frappés aux légumes maison contenant du poivre, du gingembre, des oignons et du raifort.

Terrie Meynders, une infirmière qui est également une amie de la famille, a témoigné au procès qui se tient à Lethbridge. Elle a raconté que Collet Stephan l'avait appelée pour qu'elle ausculte Ezekiel. « Ce n'était pas clair à mes yeux qu'il était si sérieusement malade », a expliqué Mme Meynders, qui a toutefois recommandé aux parents d'aller consulter un médecin. Elle dit avoir d'ailleurs évoqué une possible méningite virale.

Le couple a décidé de consulter un naturopathe.

David Stephan a raconté à un représentant de la GRC, le 15 mars 2012, que lui et sa femme avaient prévu donner plus de remèdes naturels à Ezekiel.

Ils s'étaient mis d'accord pour le conduire à l'hôpital si son état ne s'améliorait pas.

L'état de l'enfant a empiré. « Soudainement sa respiration n'était plus normale », a dit le père au caporal de la GRC.

Les parents ont alors appelé le 911 et ont tenté de réanimer leur bébé pendant qu'ils conduisaient pour rejoindre une ambulance d'une communauté voisine. Au cours des manoeuvres de réanimation, l'enfant a arrêté de respirer à plusieurs reprises.

« Il était bleu au moment où nous avons atteint l'ambulance », a dit Collet Stephan à un agent de la GRC.

Après cinq jours à l'hôpital pour enfants de l'Alberta, les médecins ont cessé de maintenir le jeune Ezekiel artificiellement en vie.

Avec des informations deJacaudrey Charbonneau et de Bill Graveland

Plus d'articles

Commentaires