Retour

Le coût social faramineux des boissons sucrées

Une étude menée à l'Université de Waterloo, en Ontario, signale que la trop forte consommation de boissons sucrées risque d'avoir des conséquences dévastatrices sur la santé des Canadiens.

L'étude, financée par diverses associations canadiennes de promotion de la santé, prévoit que, d'ici 25 ans, ces boissons devraient provoquer des maladies entraînant plus de 63 000 décès et coûter plus de 50 milliards de dollars au système de santé.

« Les boissons sucrées ne présentent quasiment aucun bienfait pour la santé et elles favorisent fortement les maladies chroniques et l'obésité », explique Jan Hux, docteure et directrice des Affaires scientifiques à l'Association canadienne du diabète.

La recherche estime que la consommation de boissons sucrées au Canada sera liée à plus de 3 millions de cas d'obésité, à près de 1 million de cas de diabète de type 2, à près de 300 000 cas de cardiopathie ischémique, à plus de 100 000 cas de cancer et à près de 40 000 accidents vasculaires cérébraux (AVC).

« Les boissons sucrées constituent la plus importante source de sucre dans l'alimentation du Canadien moyen. La consommation excessive de sucre est directement liée au surpoids, qui augmente le risque d'au moins 11 différents cancers », précise Robert Nuttall, directeur adjoint des politiques en matière de santé de la Société canadienne du cancer.

L'augmentation incessante du cancer ne doit pas être considérée comme une fatalité, et nous mettons tout en œuvre pour éliminer le diabète par l'intermédiaire de la sensibilisation et de changements en matière de politiques.

Jan Hux, docteure et directrice des Affaires scientifiques à l'Association canadienne du diabète

En 2015, les Canadiens ont acheté en moyenne 444 millilitres de boissons sucrées chacun, par jour. Cette consommation était de 578 millilitres chez les jeunes, ce qui représente jusqu'à 16 cuillères à thé de sucre, une quantité qui dépasse largement l'apport maximal quotidien recommandé.En plus des jeunes, les communautés autochtones sont particulièrement à risque pour ce qui est de la consommation de produits néfastes pour la santé, en raison des difficultés d'approvisionnement en produits sains et frais dans certaines régions reculées.

Dans plusieurs communautés autochtones confrontées à des problèmes d'accès à une eau potable, les boissons sucrées constituent malheureusement la seule option abordable. L'eau et le lait faible en gras devraient être les choix préconisés par les Canadiens lorsqu'il s'agit de s'hydrater, car ils sont les plus bénéfiques pour la santé, mais trop souvent, ces options ne sont pas les plus accessibles.

Mary Lewis, vice-présidente, Recherche, défense des intérêts et promotion de la santé, Fondation des maladies du cœur et de l'AVC

Les chercheurs constatent que les ventes de boissons gazeuses ont diminué au cours des dernières années, mais qu'il y a eu forte augmentation des ventes de produits sucrés tels que les boissons énergisantes, les cafés et les thés sucrés, les eaux aromatisées, les yogourts à boire et les boissons pour sportifs.

Pour contrer leurs effets néfastes sur la santé des Canadiens, les organismes qui ont financé l'étude recommandent d'agir sur plusieurs fronts, notamment de garantir l'accès gratuit à l'eau potable, d'améliorer le contrôle des publicités destinées aux jeunes et aux enfants, de sensibiliser le public et d'assurer un meilleur étiquetage des produits alimentaires.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine