Retour

Le créateur du prix Giller, Jack Rabinovitch, est mort

Jack Rabinovitch, connu pour avoir fondé le prix Giller, l'une des plus prestigieuses récompenses littéraires canadiennes, est décédé à Toronto dimanche à 87 ans, a annoncé sa fille. Né à Montréal, cet amoureux des livres s'était tour à tour lancé dans le journalisme, la vente alimentaire et l'immobilier.

Selon des informations disponibles sur le site du Benjamin's Park Memorial Chapel, le décès fait suite à une « terrible chute » dont a été victime Jack Rabinovitch dans sa maison, plus tôt cette semaine.

L’idée de créer un nouveau prix littéraire lui était venue lors d’un passage à Montréal alors qu’il buvait des verres avec l’auteur Mordecai Richler. « Ça a commencé dans un bar nommé Woody’s et ça s’est fini dans un restaurant connu appelé Moishes. Alors qu’on mangeait des émincés de foie, on savait ce qu’on allait faire », avait-il raconté dans une entrevue à la Presse canadienne en octobre 2012.

Le prix en question a été remis la première fois en 1994. Il a été nommé en l’honneur de l’épouse de Rabinovitch, la journaliste littéraire Doris Giller, décédée en 1993.

La remise d’un somme de 25 000 $ accompagnait le prix, du jamais vu alors au Canada. The Book of Secrets, de Moyez G. Vassanji, a été le premier livre à recevoir la réompense. L'an passé, Madeleine Thien l'avait remporté pour Do Not Say We Have Nothing.

Au cours des années, les auteurs ont pu constater la naissance d’un « effet Giller ». Selon le site officiel du prix, plus de 2,5 millions d’exemplaires de livres figurant parmi les finalistes pour cette récompense ont été vendus dans les dix premières années suivant son introduction.

De quoi satisfaire Rabinovitch, qui était tombé amoureux de la littérature au cours de ses études à l’Université McGill où il avait décroché un diplôme en anglais. « On a appris il y a longtemps déjà que les auteurs aiment que leurs livres se vendent, c’est comme ça qu’ils gagnent leur vie et nous faisons tout pour les aider dans ce sens », avait déclaré celui que le magazine Maclean's avait sacré « homme de l’année » en 1999.

En 2009, Jack Rabinovtich avait été fait officier de l’Ordre du Canada.

Ses funérailles sont prévues mercredi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine