Retour

Le Danemark rejoint la France en huitièmes, l'Australie éliminée

Pour la première fois dans ce Mondial, un match s'est terminé sans but. Le duel au sommet du groupe C entre la France et le Danemark s'est terminé 0-0, à Moscou, pendant que l'Australie s'inclinait 2-0 contre le Pérou, mardi.

Déjà qualifiée, la France (7 points) a confirmé sa 1re place du groupe tandis que la nulle a suffi au Danemark (5 points) pour s'assurer du 2e échelon.

L'Australie (1 point) devait l'emporter en espérant une défaite du Danemark pour passer au tour suivant, mais sa défaite contre le Pérou (3 points) l'a plutôt recalée au dernier rang du groupe C.

Une nulle sans feux d'artifice

Le sélectionneur français Didier Deschamps avait décidé de faire tourner son effectif pour ce match contre le Danemark avec six remplaçants dans le onze partant.

Peut-être inspirés par ce choix tactique, les Français ont fait tourner le ballon pendant l'essentiel de la rencontre, se permettant quelques incursions ici et là, mais sans forcer le jeu.

Qualifiés avec un résultat nul, les Danois se sont contentés de fermer les espaces et le match a fini par se diluer. Les sifflets se sont fait entendre depuis les estrades moscovites sans secouer les deux formations.

La France a obtenu sa seule occasion nette du match à la 82e minute, une belle frappe de Nabil Fekir détournée par le gardien Kasper Schmeichel. Quant au Danemark, ce fut un coup franc de Christian Eriksen arrêté en deux temps par le gardien remplaçant Steve Mandanda.

Les Bleus ont néanmoins rempli la plupart de leurs objectifs : la première place, donc, mais aussi l'absence de blessure ou de nouveau carton jaune. Les joueurs déjà avertis, les milieux Paul Pogba, Blaise Matuidi et Corentin Tolisso, n'ont pas joué.

Quant au Danemark, il atteint les huitièmes de finale pour la quatrième fois de son histoire, la première depuis 2002, et devrait affronter la Croatie qui a trois points et cinq buts de priorités au haut du groupe D.

La France fera face à qui du Nigeria, de l'Islande ou de l'Argentine saura se hisser en 2e place de ce même groupe, plus tard mardi.

Une victoire péruvienne pour l'honneur

Le Pérou, déjà éliminé, a quitté en beauté sa première Coupe du monde depuis 36 ans grâce à son capitaine Paolo Guerrero, passeur puis buteur.

Sous une chaleur étouffante au stade olympique de Sotchi, les Péruviens ont enfin marqué après deux défaites inaugurales au pointage de 1-0.

Guerrero a d'abord servi un centre parfait pour la volée croisée d'André Carrillo (18e), puis il a conclu lui-même d'un tir en pivot dévié par un défenseur (50e), à la grande joie de ses milliers de supporteurs en tribune.

Les « Socceroos », eux, pourront regretter longtemps leur manque d'efficacité alors qu'ils gardaient de minces chances de qualification pour les huitièmes. Les voilà éliminés dès le premier tour et les critiques risquent de pleuvoir sur leur sélectionneur néerlandais Bert van Marwijk, coupable d'avoir laissé sur le banc au coup d'envoi l'icône Tim Cahill, meilleur buteur de l'histoire de la sélection.

Lorsque le vétéran attaquant de 38 ans a fait son apparition à la 53e minute, l'Australie était déjà menée 2-0 après avoir néanmoins dominé le jeu jusque là. Hormis un tir contré à la 60e, Cahill, qui jouait dans son quatrième Mondial d'affilée, n'a pas fait de miracle.

Mais avec le match nul de la France et du Danemark, même un miracle n'aurait pas suffi à qualifier les Australiens.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards