Retour

Le député du NPD Erin Weir visé par des allégations de harcèlement

La vague de dénonciations du mouvement #MoiAussi vient de toucher le NPD. Le député de Regina-Lewvan, Erin Weir, est visé par des allégations de conduite inappropriée.

Un texte de Louis Blouin, correspondant parlementaire à Ottawa

Bien en vue au sein de la formation politique, le politicien de 35 ans s’est défendu en se disant « convaincu de n’avoir jamais harcelé qui que ce soit ». Il dit également ne pas connaître la nature des inconduites le visant et espère que l'enquête sera rapide pour le blanchir.

Le leader néo-démocrate, Jagmeet Singh, a fait le point sur ces allégations en début d’après-midi, au Parlement.

Il a expliqué avoir reçu un courriel partageant des inquiétudes concernant de possibles cas de harcèlement de la part de M. Weir. Il ne s’agirait cependant pas de gestes à caractère sexuel.

Ce courriel a en fait été envoyé à tout le caucus par une députée du NPD, Christine Moore, qui répondait à la demande de M. Weir de devenir le prochain président du caucus.

« Il y a trop de femmes (surtout des employées) qui se sont plaintes à moi de ton comportement harcelant et, en tant que femme, je ne serais pas à l'aise d'être seule en ta présence », peut-on y lire.

Dans ce message, elle lui conseille donc de ne pas se présenter au poste de président ni à aucun autre poste de pouvoir au sein du parti.

Selon le chef du NPD, ces allégations sont assez « troublantes » pour qu’une enquête indépendante soit lancée.

« Je suis engagé à créer un milieu de travail sain pour tous et toutes et à m’assurer que les survivants et survivantes se sentent à l’aise de parler. C’est ma responsabilité de chef », a-t-il affirmé.

Cependant, ce courriel ne provient pas d’une victime alléguée. En fait, le NPD n’a pour le moment pas été approché par des victimes potentielles de M. Weir, ce qui complique la situation, a avoué Jagmeet Singh.

M. Singh invite d'ailleurs les victimes potentielles et des témoins à se manifester.

Pour le moment, il n'y a qu'une ancienne employée du Bloc québécois qui a publié sur Twitter un message affirmant que lorsqu'elle travaillait au Parlement, elle se « cachait littéralement d'Erin Weir ». Elle a aussi dit « bravo à celles qui ont dénoncé ».

En attendant les résultats de cette enquête, Erin Weir est suspendu temporairement de ses fonctions parlementaires, mais pas du caucus. Son rôle sera réévalué à la suite du dépôt du rapport de l'enquêteur indépendant.

Désir de transparence

Le NPD n'est pas la seule formation à vouloir agir avec le plus de transparence possible dans ces situations.

Mercredi, le chef conservateur Andrew Scheer a annoncé la tenue d'une enquête indépendante à propos d'une candidature controversée lors de l'élection de 2015.

Le député ontarien Rick Dykstra a été autorisé à se représenter, même si des allégations d'agressions sexuelles rapportées par le magazine Maclean's avaient été formulées à son endroit.

M. Dykstra a nié les allégations et a démissionné, dimanche, de son poste de président du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario.

Certains élus, comme le député de Beauce Maxime Bernier, ont demandé des comptes aux organisateurs du parti. « Ce sont eux qui savaient ces faits-là à l'époque, et je pense qu'ils doivent nous dire ce qui s'est passé », a lancé le député de Beauce.

Le rapport commandé par le Parti conservateur sera rendu public, une fois conclu.

Le Parti libéral a également lancé une enquête indépendante à propos des allégations qui ont été formulées à l'endroit de l'ancien ministre des Sports et des Personnes handicapées, Kent Hehr.

M. Hehr a démissionné de son poste de ministre, mais demeure député libéral.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le secret derrière les trop longues douches de ce jeune homme...





Rabais de la semaine