Retour

Le FBI a fouillé le domicile de l'ancien directeur de campagne de Trump

Le FBI a mené, à la fin de juillet, une perquisition surprise chez l'ancien directeur de campagne du président américain, Paul Manafort, rapporte le Washington Post mercredi. Le porte-parole de M. Manafort a confirmé qu'une de ses résidence avait en effet été l'objet d'une perquisition.

C’est le 26 juillet au petit matin que les enquêteurs se seraient présentés au domicile de Paul Manafort avec un mandat de perquisition, selon le quotidien américain.

Les saisies auraient eu lieu dans le cadre de l'enquête sur la présumée ingérence russe lors des élections présidentielles de 2016. Des documents et d'autres éléments auraient été saisis.

Selon le porte-parole Jason Maloni, Paul Manafort aurait coopéré avec les autorités « comme il l’a toujours fait ».

La veille, l’ancien directeur de campagne de Donald Trump avait comparu devant la commission du Renseignement du Sénat américain.

Il avait accepté de remettre plusieurs documents au Sénat, notamment des notes prises durant la rencontre, en juin 2016, entre Donald Trump Jr et une avocate russe durant laquelle on lui aurait promis des informations compromettantes sur Hillary Clinton.

Pourquoi Paul Manafort?

Paul Manafort est dans la ligne de mire du FBI depuis déjà plusieurs années. Avant d’être le directeur de campagne de Donald Trump, l’homme politique a également travaillé pour le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch.

Ces relations avec le leader prorusse ont fait de lui la proie d'une longue enquête. Il est notamment soupçonné d'avoir reçu des paiements secrets en échange de ses services de 2007 à 2012.

Dans l’affaire de l’ingérence russe durant les élections américaines, l’ancien directeur de campagne de Donald Trump se retrouve encore une fois sur la sellette.

Bien que le Sénat américain ait retiré son obligation à comparaître de nouveau, Paul Manafort fait toujours l'objet d'une enquête pour ses liens avec la Russie.

Selon des documents obtenus en mars par l'Associated Press, l'ancien directeur de campagne aurait travaillé en 2006 avec un milliardaire russe sur une stratégie visant à défendre les intérêts du président Vladimir Poutine.

Plus d'articles

Commentaires