Retour

Le fentanyl tue 9 personnes en une nuit à Vancouver

Des surdoses de fentanyl ont provoqué la mort de neuf personnes à Vancouver dans la nuit de jeudi à vendredi, a déclaré le chef de la police municipale, Adam Palmer, en conférence de presse.

Le maire de Vancouver, Gregor Robertson, se tenait debout à ses côtés.

« Pouvez-vous imaginer neuf personnes mourir d’une autre cause en un jour dans notre ville? s’est exclamé M. Palmer. Il nous faut une stratégie à plus long terme pour aider ces gens pris dans une situation de crise. »

D’après la police, le fentanyl, un puissant opioïde synthétique, a pu tuer jusqu’à 35 personnes pendant le seul mois de novembre. Cette drogue a également joué un rôle prépondérant dans les 159 surdoses mortelles qui ont fait l’objet d’enquêtes policières depuis le mois de janvier.

À titre de comparaison, 11 meurtres et 16 accidents de circulation mortels ont été constatés à Vancouver en 2015.

Pas assez de lits

Adam Palmer affirme que les toxicomanes ont besoin d’une aide immédiate. Il soutient qu'il n’existe pas assez de lits dans des centres spécialisés pour les aider à surmonter leur dépendance et que ce manque de place oblige parfois les autorités à transférer des toxicomanes à Nanaimo, dans l'île de Vancouver.

D’après le maire Gregor Robertson, les toxicomanes attendent huit ou neuf jours avant de pouvoir être pris en charge par du personnel sanitaire, ce qui est « inacceptable » lorsqu’environ 1300 personnes prennent des opioïdes illicites chaque jour.

Le NPD critique Victoria

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, avait soulevé le sujet de la crise des surdoses auprès du gouvernement fédéral lors de son passage à Ottawa en novembre. Vendredi, elle a déclaré que la province était dans un mode de gestion de crise.

Mme Clark a par ailleurs déclaré que la Colombie-Britannique créera 500 nouveaux lits dédiés au traitement de la dépendance aux drogues d’ici 2017. Par contre, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Mike Farnworth, estime que le gouvernement libéral devrait être tenu responsable de ce fléau, car le manque actuel de lits montre qu’il n’a pas fait son devoir, selon lui.

En avril, la province a déclaré un état d’urgence sanitaire pour confronter la crise des surdoses.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine