Une personne meurt en moyenne tous les trois jours au Canada en raison d'une surdose impliquant le fentanyl, indique une étude du Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCLT).

Un texte de Philippe Moulier

Ce puissant analgésique opioïde, que les victimes pensaient être de l'héroïne, de la cocaïne ou de l'oxycodone au moment de leur consommation, a été responsable d'au moins 655 décès entre 2009 et 2014.

Selon le CCLT, le nombre de décès impliquant le fentanyl « a augmenté de façon marquée » dans les quatre plus grandes provinces du pays.

En Alberta, par exemple, le nombre de décès pour lesquels le fentanyl a été détecté dans l'organisme a été multiplié par plus de 20 fois entre 2011 et 2014. En Colombie-Britannique, le nombre était presque sept fois supérieur en 2014 par rapport à 2012. Au Québec, le chiffre a triplé entre 2009 et 2013.

D'après le médecin-chef adjoint de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, l'une des principales raisons est la présence accrue de fentanyl dans les hôpitaux pour soulager la douleur chronique de patients, mais le médicament est ensuite volé et distribué illicitement.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) souligne aussi que le crime organisé fabrique de la poudre de fentanyl qu'elle commercialise ou qu'elle mélange à d'autres drogues interdites.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine