Retour

Le fiasco de Phénix a déjà coûté plus de 1 milliard

Le ministère fédéral responsable du système de paye Phénix affirme maintenant que le coût combiné de sa mise en œuvre et des améliorations a dépassé le milliard de dollars.

Il y a quelques semaines, CBC News a demandé à Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) un décompte exact et à jour des coûts liés à Phénix.

Le ministère a fourni un graphique expliquant tous les « investissements » qu'il a faits dans le système de paye. Les chiffres présentés attestent que ce ne sont pas toutes les dépenses qui ont été incluses dans le budget fédéral 2018, présenté le 27 février dernier.

Pour l’heure, donc, ces dépenses atteignent 1,192 milliard de dollars, et non 912 millions, comme l’avait rapporté Radio-Canada le 27 février.

Ce nouveau décompte de 280 millions additionnels ainsi que la façon dont le gouvernement a géré sa publication en ont déçu certains.

« Dépenser toujours plus pour régler le problème n'est pas une solution qui fonctionne pour les fonctionnaires, et ça ne fonctionne pas pour les Canadiens », a ajouté Mme Daviau.

Appelé à commenter ce dépassement symbolique du milliard de dollars, le président du Conseil du Trésor, Scott Brisson, a répété mardi après-midi que le blâme, dans ce dossier, repose sur le précédent gouvernement conservateur.

Il a rappelé que son gouvernement fait tout en son possible pour corriger le tir, mais que le défi en est un de taille.

Longue liste de coûts

Le gouvernement confirme maintenant que l'investissement initial pour la mise en place et le développement Phénix était de 309 millions de dollars.

Cela « comprend le contrat avec IBM, les contrats pour les autres services professionnels et les coûts du programme », ainsi que le nouveau centre des services de paye à Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

Initialement, Phénix devait permettre au gouvernement d’économiser 70 millions de dollars par année, mais en raison du nombre stupéfiant de problèmes avec le système, ces économies n'ont pas été réalisées et s'ajoutent maintenant à la liste de coûts du ministère.

La somme que chaque ministère a dû dépenser pour pallier les manquements de Phénix n'a pas encore été déterminée. Selon le SPAC, le contrôleur général est en train de la compiler et un rapport est attendu de sa part plus tard cette année.

Selon Sahir Khan, vice-président exécutif de l’Institut des finances publiques et de la démocratie de l’Université d’Ottawa, cette somme pourrait faire gonfler la note.

« Le décompte de 1,192 milliard est déjà important, mais le calcul complet des coûts dans les différents ministères est nécessaire afin de cerner toute l’ampleur des leçons à tirer de tout ça », a-t-il commenté.

L'un de ces coûts supplémentaires est une somme de 28 millions de dollars versée sous forme d'« avances aux syndicats », à qui Ottawa doit des cotisations impayées en raison des défaillances de Phénix.

Des coûts annuels galopants

Services publics et Approvisionnement Canada a investi 50 millions en 2016, puis 142 millions en 2017 pour améliorer la technologie derrière Phénix et embaucher plus de travailleurs, y compris 1500 spécialistes de la rémunération dans 14 bureaux.

Le budget fédéral du 27 février dernier promet un investissement de 431,4 millions de plus pour continuer à « renforcer la capacité, améliorer la technologie et soutenir les employés », ce qui inclut notamment de nouvelles mesures de soutien et un meilleur accès à celles-ci pour les employés touchés par le fiasco.

Le budget prévoit également 5,5 millions pour l'Agence du revenu du Canada afin de lui permettre de traiter les nouvelles cotisations d'impôt sur le revenu liées à Phénix, alors que 16 millions de dollars sont prévus pour la recherche d'un nouveau système de paye.

Avec les informations de Julie Ireton, CBC News

Plus d'articles