Retour

Le fils aîné du président Trump dévoile ses échanges avec WikiLeaks

Le fils aîné du président des États-Unis, Donald Trump Jr., a dévoilé lundi une série de messages échangés avec WikiLeaks, le site web fondé par Julian Assange qui se spécialise dans la fuite de documents.

Donald Trump Jr a utilisé son compte Twitter pour publier ces messages privés sous forme de capture d’écran, qui remontent à 2016 aux dernières étapes cruciales de la campagne présidentielle qui a conduit son père, Donald Trump, à la Maison-Blanche.

Ces échanges ont porté entre autres sur la déclaration de revenus du candidat Trump, qui s'est retrouvée pendant un moment au cœur du de la campagne électorale. Donald Trump refusait de rendre publique sa déclaration de revenus ou de permettre un audit indépendant de la santé de ses affaires.

La porte-parole du vice-président Mike Pence a dit qu'elle ne savait rien de ces contacts entre WikiLeaks et le fils de Donald Trump ou de quelque personne liée à la campagne électorale de son père.

Un peu après minuit, le 20 septembre 2016, le compte Twitter de WikiLeaks envoie un message privé à Donald Trump Jr. lui demandant de commenter le lancement d'un site web, putintrump.org, par un comité d'action politique anti-Trump. « Ce comité d'action politique est un comité recyclé en faveur de la guerre en Irak. Nous avons deviné le mot de passe [de ce site]. Regardez dans la section "Qui nous sommes" pour savoir qui est derrière ce site. Vous avez des commentaires? » demande WikiLeaks.

Douze heures plus tard, Donald Trump Jr. répond qu'il ne sait pas qui est derrière ce site, mais qu'il va se renseigner. Selon The Atlantic, qui a dévoilé la nouvelle, le fils aîné de Donald Trump a envoyé un courriel le même jour à plusieurs hauts placés de la campagne de son père, notamment Steve Bannon, Kellyanne Conway et Jared Kushner, le gendre de Donald Trump.

La correspondance entre Trump Jr. et WikiLeaks s'est au moins poursuivie au moins jusqu'en juillet 2017, indique The Atlantic. À aucun moment, Trump Jr. ne semble rejeter WikiLeaks.

Selon les échanges obtenus par le magazine, WikiLeaks aurait effectué plusieurs demandes surprenantes au fils du président au cours de cette correspondance.

Il demandait l'accès à la déclaration de revenus de Donald Trump, exhortait les responsables de la campagne Trump de rejeter les résultats le jour de la présidentielle et proposait même au président élu de suggérer à l'Australie de nommer Julian Assange ambassadeur aux États-Unis.

L'avocat de Donald Trump Jr., Alan Futerfas, n'a aucun souci par rapport à ces documents et les questions qu'ils soulèvent, « parce que nous y avons répondu facilement dans les forums appropriés ».

WikiLeaks n'a pas commenté ces allégations.

Le 8 novembre 2016, le lanceur d'alerte Julian Assange avait démenti quelque tentative de WikiLeaks d’influencer l'élection américaine.

WikiLeaks avait publié pendant la campagne présidentielle des milliers de courriels piratés à partir de la messagerie du directeur de campagne d'Hillary Clinton, John Podesta.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine