Retour

Le front commun syndical prêt à déclencher la grève dès le 26 octobre

Le front commun syndical qui représente 400 000 employés du secteur public a annoncé vendredi le calendrier de grève qu'il entend observer dans le but « d'augmenter la pression sur le gouvernement », comme l'a affirmé Daniel Boyer, président de la FTQ. 

Les premiers jours de débrayage se tiendront dans la semaine du 26 octobre à raison d'une journée par région. Si les négociations n'évoluent pas, disent les leaders syndicaux, il y aura poursuite de la grève dès le 9 novembre, avec deux journées pour chacune des régions du Québec. 

Et si cela s'avère ensuite être une impasse, disent encore les responsables du front commun, une grève nationale sera déclenchée les 1er, 2 et 3 décembre.

En conférence de presse vendredi, Daniel Boyer a rappelé que le front commun avait déposé ses demandes le 30 octobre 2014. « Donc ça va faire bientôt un an, dit-il. On n'a toujours pas de réponse à nos grands enjeux. »

Le front commun soutient que le gouvernement de Philippe Couillard n'a pas répondu à ses préoccupations relativement :

  • au retard salarial;
  • à la précarité d'emploi;
  • au recours au secteur privé pour la prestation de services;
  • à la dégradation de l'autonomie professionnelle des salariés du secteur public.

Certes, a reconnu Daniel Boyer en substance, des progrès ont été enregistrés à certaines tables sectorielles, mais les grands enjeux demeurent entiers, notamment en ce qui a trait à la sécurité d'emploi.

Une offre de gel salarial que le front commun considère comme un affront

Sur le plan salarial, les négociateurs gouvernementaux maintiennent leur position de ne pas augmenter les salaires les deux premières années.

Mais, comme l'a déjà indiqué le président du Conseil du Trésor Martin Coiteux, des discussions portent sur la relativité salariale, qui vise à déterminer des équivalences entre les corps d'emploi.

Québec veut notamment réduire le nombre de catégories d'emplois, ce qui pourrait avantager certains salariés, tandis que d'autres pourraient en pâtir.

Le Syndicat de la fonction publique du Québec s'est prononcé à son tour

Le dernier syndicat du front commun à se prononcer sur le mandat de grève dans les secteurs public et parapublic a lui aussi obtenu de forts appuis à ce mandat, dépassant les 83 %.

Le Syndicat de la fonction publique du Québec, qui a terminé jeudi soir le dépouillement des votes, a fait savoir que les 27 000 employés de bureau qu'il représente ont accordé un mandat de grève dans une proportion de 83 %, alors que les 4000 ouvriers qu'il représente ont accordé ce mandat dans une proportion de 91 %. Les deux groupes travaillent au sein des différents ministères et organismes.

Le mandat de grève du front commun porte sur six journées de grève tournante, à être exercées sur une base régionale ou nationale, au moment jugé opportun.

Mais le SFPQ va plus loin, avec un mandat de 10 journées. Celles-ci seront tenues sur une base nationale, dans son cas, puisqu'il n'y a qu'une seule accréditation syndicale pour l'ensemble du Québec. Et les jours de grève pourront se tenir sous forme d'heures, de demi-journées ou autre.

Plus d'articles

Commentaires