Retour

Le gouvernement Trudeau approuve l'exportation des blindés vers l'Arabie saoudite

La vente controversée de blindés légers canadiens à l'Arabie saoudite a franchi une nouvelle étape ce mois-ci. Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a autorisé la vente des véhicules, vendredi dernier.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Cette autorisation d'exportation est confirmée dans des documents rendus publics dans le cadre de la mise en demeure intentée contre le ministre par un groupe d'étudiants de l'Université de Montréal et le professeur Daniel Turp.

En tout, le ministre des Affaires étrangères a approuvé six contrats d'exportation qui couvrent des blindés et des accessoires pour une valeur totale de 11 milliards de dollars, soit une grande partie de l'ensemble du contrat.

En plus de l'approbation, les documents comprennent une partie de l'évaluation liée à la vente de ces appareils militaires. Le ministère des Affaires étrangères juge que la vente de ces véhicules respecte les « intérêts canadiens en terme de sécurité et de défense au Moyen-Orient ».

L'épineuse question des droits de la personne

Les auteurs du document ajoutent qu'aucune information disponible ne permet de croire que l'utilisation de ces produits militaires violerait les droits de la personne. Cette question du respect des droits par le régime saoudien a été soulevée à de nombreuses reprises depuis l'annonce de la vente de véhicules blindés par la firme ontarienne General Dynamics, en 2014. Ce contrat de vente avait été signé sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper.

Dans les documents présentés devant la Cour fédérale, les enjeux liés aux droits de la personne reviennent fréquemment. On y mentionne des violations que le gouvernement saoudien est accusé de commettre. « Exécutions, suppression de l'opposition politique, arrestations arbitraires, limites de la liberté d'expression et discrimination envers les femmes » y sont par exemple inscrites.

« C'est essayer de faire l'autruche. On veut prétendre qu'on veut militer pour l'amélioration des relations internationales et de la paix dans le monde. Mais en même temps, on envoie des armes à un pays dont les actions sont jugées par le peuple canadien comme étant barbares », déplore le chef intérimaire du Bloc québécois, Rhéal Fortin. 

Dans le rapport du gouvernement fédéral, il est mentionné que des représentants canadiens s'entretiennent souvent avec des représentants saoudiens au sujet des droits de la personne. Mais le gouvernement affirme ne pas avoir de raison de croire que la vente d'armes contreviendra à ces droits.

Utilisation au Yémen?

En mentionnant que l'Arabie saoudite est un « allié clé » d'Ottawa en matière de défense, les documents soulignent que Riyad contribue à combattre le groupe armé État islamique en Irak et en Syrie, mais s'en prennent également à « l'instabilité au Yémen », pays voisin situé au sud-ouest du territoire saoudien. « L'acquisition de véhicules armés à la fine pointe de la technologie aidera l'Arabie saoudite à atteindre ces objectifs, ce qui est conséquent avec les intérêts canadiens en matière de défense au Moyen-Orient », est-il écrit.

Or, en janvier, un rapport présenté devant l'Organisation des Nations unies (ONU) relevait des violations généralisées et systématiques du droit international humanitaire, notamment de la part des troupes de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

De son côté, Daniel Turp s'est dit « renversé renversé de voir que le gouvernement Trudeau, sous la main de Stéphane Dion, en catimini et de manière hypocrite - car il disait être lié par la décision du gouvernement Harper alors qu'il a eu amplement le temps depuis son élection d'agir autrement - a autorisé le 8 avril dernier l'exportation de véhicules blindés légers en Arabie Saoudite, trois semaines après que nous ayons déposé notre requête judiciaire ».

« Cela rend la détermination de notre groupe, Opération Droits Blindés / Armoured Rights Op..., encore plus forte! », écrit-il sur son compte Facebook.

Le gouvernement se défend

Le bureau du ministre Stéphane Dion a affirmé de nouveau la position du gouvernement Trudeau dans ce dossier. Le contrat a été signé bien avant l'approbation des exportations et ce ne serait pas dans l'intérêt du Canada de le résilier, dit-il.

Le bureau de Stéphane Dion répète que la question des droits de la personne est surveillée de près dans l'octroi des permis d'exportation. « Le ministre peut retirer les permis à n'importe quel moment si une preuve le justifie », explique son directeur des communications, Joseph Pickerill.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine