Retour

Le groupe français MK2 à Montréal pour préparer son alliance avec Excentris

Des représentants du groupe français MK2 étaient à Montréal, cette semaine, pour visiter le cinéma Exentris, ce qui représente un pas de plus vers son implantation dans la métropole.

Un texte de Félix-Antoine ViensTwitterCourriel

Acteur important de la production cinématographique et de la distribution en France, MK2 exploite 10 cinémas à Paris.

L'entreprise souhaite maintenant étendre son réseau à Montréal en reprenant le cinéma Excentris et en procédant à une importante expansion. Le projet comprendrait les trois salles existantes ainsi que six nouvelles salles construites dans l'édifice voisin, propriété de Daniel Langlois et présentement vide.

Terra Incognita, la société de Daniel Langlois, la Société de développement Angus ainsi que Montréal International sont impliquées dans l'implantation de MK2 à Montréal. Excentris doit d'abord obtenir une prolongation d'une durée de 45 jours de l'entente avec ses créanciers, dont le plus important est la SODEC, qui arrive à terme le 21 mars.

Même si une entente finale entre les différents acteurs du projet n'a pas encore été signée, Christian Yaccarini, président du conseil d'administration d'Excentris et président-directeur général de la Société de développement Angus, estime que le projet est en bonne voie de se réaliser.

« MK2 était à Montréal lundi et mardi, et ils ont déjà [vendredi] fait des demandes à leurs architectes pour qu'ils évaluent le projet. On a également eu une rencontre avec l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, et ils ont démontré une grande ouverture. On ne veut pas trop s'emporter, mais ça va bien. »

Si le projet se réalise, il sera entièrement financé par le privé. Christian Yaccarini n'a pas voulu s'avancer sur les détails financiers du projet, le plan d'affaires n'ayant pas encore été bouclé.

Le nom d'Excentris serait abandonné au profit de MK2 Saint-Laurent.

Une programmation « plus large »

Connu pour sa mise en valeur du cinéma de répertoire québécois et étranger, l'établissement du boulevard Saint-Laurent présenterait une programmation beaucoup plus variée, la marque de commerce des salles MK2. Le Revenant pourrait donc côtoyer un film québécois et un film asiatique.

« C'est certain qu'il y aurait plus de films étrangers en version originale. Beaucoup de films européens et asiatiques ne sont même pas présentés en ce moment à Montréal. Ce serait complètement différent. »

Christian Yaccarini se fait également rassurant sur la place du cinéma québécois dans cette nouvelle programmation. Rappelons qu'Excentris jouait un rôle essentiel dans la diffusion des films d'ici.

« MK2 a des sensibilités, il n'est pas là pour vendre des bonbons. Et avec l'expansion, on pourra prévoir des salles plus petites, à 30 places par exemple, ce qu'on n'avait pas avant et qui nous faisait mal. »

Distributeur et producteur, MK2 avait misé gros et a gagné, en 2014, lorsqu'il a sorti le film Mommy, de Xavier Dolan, sur 300 écrans en France, du jamais vu pour un long métrage québécois depuis Les invasions barbares, de Denys Arcand.

Pour le nouveau film du réalisateur québécois, Juste la fin du monde, avec Marion Cotillard et Vincent Cassel, MK2 agit cette fois à titre de coproducteur.

Christian Yaccarini estime que l'arrivée de MK2 au Québec pourrait ouvrir des portes à d'autres cinéastes locaux.

S'allier ou mourir

Le cinéma Excentris a suspendu ses activités en salle en novembre dernier. L'établissement était, depuis quelques années, aux prises avec un problème d'approvisionnement qui l'empêchait de diffuser de nombreuses sorties attendues. Le cinéma avait à ce moment montré du doigt les ententes d'exclusivité entre les distributeurs et les exploitants de salles plus importants tels que Cineplex.

Excentris était-il donc condamné à s'allier à un acteur important de l'industrie? Oui, répond sans hésitation Christian Yaccarini.

Plus d'articles

Commentaires