Retour

Le juge Robin Camp s'excuse devant le Conseil canadien de la magistrature

Devant le Conseil canadien de la magistrature, le juge Robin Camp a déclaré regretter ses commentaires faits à une plaignante dans un procès d'agression sexuelle en 2014 alors qu'il exerçait à la Cour provinciale de Calgary.

Un texte de Marie-Pier Mercier

Le témoignage du juge arrive au quatrième jour de l'enquête sur la gestion de l'affaire d'agression sexuelle dans laquelle il avait demandé à la plaignante : « Pourquoi n'as-tu pas seulement serré les genoux? »

Robin Camp admet avoir utilisé un langage abusif et inapproprié envers la présumée victime.

Il a reconnu, devant cinq juges de la Cour supérieure, que son commentaire était venu d'un profond parti pris, et il dit regretter d'avoir utilisé des propos qu'il qualifie d'inappropriés.

Les notes sténographiques de l'enquête établissent également que, à plusieurs reprises, le juge Camp avait fait référence à la présumée victime en l'appelant l'accusée. Lors de l'audience vendredi, il a de nouveau mélangé ces mots en exprimant son regret. Il s'est plus tard corrigé, en mentionnant que la personne à qui il avait le plus envie de présenter ses excuses était la plaignante.

Selon Kim Stanton, directrice du Fonds d'action et d'éducation juridiques pour les femmes, l'effet dévastateur va bien au-delà du procès de 2014 : « C'est terrible qu'un tel langage sexiste ait été employé. Il est encore beaucoup plus terrible que le public puisse avoir comme perception qu'un juge n'appliquera pas la loi dans une salle d'audience. »

Elle ajoute que Robin Camp a montré du dédain concernant les protections qui ont été durement débattues dans les années 1980-1990 afin de protéger les victimes d'agression sexuelle.

À la fin du procès d'agression sexuelle de 2014, le juge avait acquitté l'accusé, Alexander Wager, mais la Cour d'appel de l'Alberta a annulé la décision. Elle a ordonné la tenue d'un nouveau procès, évoquant la présence de préoccupations quant à la compréhension du juge des lois sur les agressions sexuelles.

Le juge a d'ailleurs admis qu'il aurait dû demander de l'aide puisque ses connaissances en matière d'agression sexuelle étaient insuffisantes.

Le juge Robin Camp a depuis été promu à la Cour fédérale, mais fait face à la possibilité d'être retiré du Banc, en attendant l'issue de l'enquête. Il est actuellement suspendu de ses fonctions.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine